• La critique marxienne de la valeur

    Une critique de la richesse fétichisée, qui approfondit la critique radicale de l’exploitation, contre tout altercapitalisme superficiel

    *

    Benoit Bohy-Bunel

     

    Sommaire. La richesse dans une société fétichiste

    a) Richesse matérielle et richesse abstraite

    b) Des conséquences désastreuses très réelles liées à ce primat accordé à la richesse abstraite au sein du capitalisme : la valeur comme force impersonnelle hostile qui s’oppose au travailleur

    c) Un autre aspect de l’abstraction capitaliste qui engendre des conséquences objectivement désastreuses : la contradiction entre une réalité finie et un procès économique d’accumulation qui se veut infini

    d) Le mouvement de la richesse abstraite au sein du capitalisme : l’argent comme fin en soi tautologique et formelle

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Interrogé récemment sur France Inter, Benoît Hamon évoquait les problèmes socio-économiques qu’implique le développement du numérique et de la robotique appliqués à la production. Les propositions de Benoît Hamon pour y faire face s’inscrivent, sans surprise, dans un schéma réformiste et alter-capitaliste. Cependant, le fait de poser le débat sous cet angle constitue un apport incontournable pour dépasser les analyses erronées de la crise, attribuant son origine à l’Europe, à la mondialisation, aux banques et à la finance.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

     

    Après une année d’état d’urgence, de violences de l’État policier, de meurtres, d’éborgnements, de blessures, de traumatismes, de perquisitions, d’arrestations, de répression, etc., au sein des quartiers ou lors du mouvement anti-loi « travailles ! », une analyse critique du « maintien de l’ordre » au 21ème siècle comme violence militaro-policière d’État – avec Matt d’Alternative Libertaire et de Tantquil.net

    écouter l'émission

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une critique émancipatrice des Lumières capitalistes (du libéralisme, du marxisme-léninisme, du fascisme et du nazisme), pour une pensée révolutionnaire au-delà des Lumières, et contre l’extrême-droite anti-Lumières (Alain de Benoist) – avec Benoît, militant d’Alternative Libertaire (théoricien critique, professeur de philosophie)

    Une émission de critique émancipatrice des Lumières capitalistes (du libéralisme, du marxisme-léninisme, du fascisme et du nazisme), pour une pensée révolutionnaire au-delà des Lumières (Adorno, Horkheimer, Kurz, Trenkle), et contre l’extrême-droite anti-Lumières (Alain de Benoist, idéologie völkisch, « révolution conservatrice » allemande). Avec une première partie (1h20) de critique des figures actuelles des Lumières capitalistes et des anti-Lumières (Alain de Benoist), d’introduction aux caractéristiques générales des Lumières et des anti-Lumières, de discussion du rapport (évolutif, d’abord acritique, puis dialectique) de Marx aux Lumières, et de présentation des thèses contre l’Aufklarüng de Norbert Trenkle (sur La Dialectique de la Raison d’Adorno et d’Horkheimer). Et une deuxième partie (1h10) une histoire critique des Lumières capitalistes franco-anglaise (17ème-18ème siècles, John Locke, Voltaire, physiocrates) et des anti-Lumières allemandes (Herder, idéologie völkisch, « révolution conservatrice » allemande, nazisme), une critique émancipatrice des Lumières (Kurz, Lukacs) et particulièrement de Kant.

    écouter l'émission

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Une présentation (critique) des thèses de Murray Bookchin en faveur d’une écologie « sociale » libertaire, anti-capitaliste, anti-réactionnaire, avec une analyse critique de l’altercapitalisme écolo-citoyenniste (Podemos, écolo-démocratisme, décroissance) – avec Floréal Romero, auteur de Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale (Le passager clandestin, 2014).

    L’émission est une présentation critique des thèses de Murray Bookchin en faveur d’une écologie « sociale » libertaire, anti-capitaliste, anti-réactionnaire, ses forces (écologie considérant qu’il y a des racines sociales aux problèmes environnementaux, critique du capitalisme et de l’Etat, techno-critique sans être techno-réactionnaire, écologie anti-réactionnaires) et ses faiblesses (une critique insuffisante du capitalisme comme système du travail et de la valeur, un « municipalisme libertaire » potentiellement récupérable par des logiques politiciennes et sans danger du point de vue de l’État s'il n'est pas un minimum antagonique avec celui-ci), avec une analyse critique de l’altercapitalisme écolo-citoyenniste (Podemos, écolo-démocratisme, décroissance) et ses pratiques (permaculture, jardins partagés, villes en transition), et des références au communisme libertaire espagnol, au développement historique du capitalisme et aux thèses « écologistes » de Marx (1h30) - avec Floréal Romero, auteur de Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale (Le passager clandestin, 2014)

    Source : http://sortirducapitalisme.fr/167-murray-bookchin-pour-une-ecologie-libertaire-anti-capitaliste

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique