•  

    Une présentation (critique) des thèses de Murray Bookchin en faveur d’une écologie « sociale » libertaire, anti-capitaliste, anti-réactionnaire, avec une analyse critique de l’altercapitalisme écolo-citoyenniste (Podemos, écolo-démocratisme, décroissance) – avec Floréal Romero, auteur de Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale (Le passager clandestin, 2014).

    L’émission est une présentation critique des thèses de Murray Bookchin en faveur d’une écologie « sociale » libertaire, anti-capitaliste, anti-réactionnaire, ses forces (écologie considérant qu’il y a des racines sociales aux problèmes environnementaux, critique du capitalisme et de l’Etat, techno-critique sans être techno-réactionnaire, écologie anti-réactionnaires) et ses faiblesses (une critique insuffisante du capitalisme comme système du travail et de la valeur, un « municipalisme libertaire » potentiellement récupérable par des logiques politiciennes et sans danger du point de vue de l’État s'il n'est pas un minimum antagonique avec celui-ci), avec une analyse critique de l’altercapitalisme écolo-citoyenniste (Podemos, écolo-démocratisme, décroissance) et ses pratiques (permaculture, jardins partagés, villes en transition), et des références au communisme libertaire espagnol, au développement historique du capitalisme et aux thèses « écologistes » de Marx (1h30) - avec Floréal Romero, auteur de Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale (Le passager clandestin, 2014)

    Source : http://sortirducapitalisme.fr/167-murray-bookchin-pour-une-ecologie-libertaire-anti-capitaliste

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une émission aux racines communes du capitalisme, des classes, du patriarcat et du néocolonialisme raciste, pour une théorie critique émancipatrice commune de toutes les dominations sociales – avec Benoît d’Alternative Libertaire (théoricien critique, professeur de philosophie)

    Une émission avec la division capitaliste du travail comme angle d’attaque d'une théorie critique émancipatrice des classes, du patriarcat et du néocolonialisme. Avec une introduction autour de la théorisation chez Marx et chez Lukacs de la division capitaliste du travail, suivie d’une première partie autour de la prolétarisation liée à la rationalisation tayloriste du travail et autour de la division capitaliste de classes (1h10). Et avec une deuxième partie autour d’une explication matérialiste du patriarcat et du dualisme de genre, d’une part, et du racisme systémique, d’autre part, avant une conclusion autour de l’idée qu’il faut une union des luttes autour d’un projet d’abolition de toutes les formes de dominations sociales (impersonnelle, de classe, patriarcale, raciste) (1h) – avec Benoît d’Alternative Libertaire (théoricien critique, professeur de philosophie)

    écouter l'émission : http://sortirducapitalisme.fr/162-division-capitaliste-du-travail-aux-racines-communes-de-la-proletarisation-des-classes-du-neo-patriarcat-et-du-neocolonialisme-raciste

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Des liens et vidéos illustrent cet article, pour montrer le consensus "anti-finance" qui s'est constitué après la crise de 2008.

    Il ne s'agit pas une seule seconde de mettre "dans le même panier" toutes ces tendances politiques très différenciées (Sarkozy, Le Pen, Hollande, Mélenchon, Lordon, Soral, etc.), mais de définir des structures générales pseudo-critiques qui donnent à penser aujourd'hui.

    Le point en commun entre ces tendances est un altercapitalisme tendancieux, qui se fait passer pour plus radical qu'il ne l'est en réalité. Mais la dénonciation des tendances fascisantes ici considérées doit bien sûr être plus radicale que celle des autres tendances, simplement réformistes ou sociales-démocrates.

    Nous pouvons voir néanmoins que les tendances sociales-démocrates dites "de gauche", hélas, en personnifiant tendanciellement les agents responsables de la "crise", ne sont aujourd'hui plus si difficilement récupérables par les confusionnistes rouges-bruns.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Introduction et préface, en pdf, de cet essai

    Bibliographie indicative (à compléter)

    I Ecrits critiques

    Jappe, Anselm, Les aventures de la marchandise, Paris, Denoël, 2003

    Marx, Karl, Grundrisse, Paris, Editions sociales, 1980

    Marx, Karl, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, Editions sociales, 1977

    Marx, Karl, Capital, première édition, Paris, Editions du Cerf, 1977

    Marx, Karl, Capital, Livre I, Paris, Flammarion, 2008

    Lukàcs, Georg, Histoire et conscience de classe, Paris, Les éditions de minuit, 2013

    Debord, Guy, La Société du Spectacle, Folio, 1992

    Henry, Michel, Marx, Gallimard, 1976

    II Ecrits

    Honneth, Axel, La lutte pour la reconnaissance

    Worms, Frédéric, Philosophie du soin

    Baudrillard, Jean, La société de consommation

    Lordon, Frédéric, Capitalisme, désir et servitude

    Lordon, Frédéric, Imperium

    Friot, Bernard, L’enjeu du salaire

    Morin, Edgar, Introduction à la pensée complexe

    Michéa, Jean-Claude : interview dans la Revue-Ballast du 4 février 2015 intitulée : « On ne peut être politiquement orthodoxe ».

    Fischbach, Frank, Sans objet. Capitalisme, subjectivité, aliénation,

    Stiegler, Bernard, Réenchanter le monde : La valeur esprit contre le populisme industriel

    Muray, Philippe, Après l'Histoire (chroniques mensuelles parues dans La Revue des Deux Mondes de janvier 1998 à janvier 2000)

    Belhaj-Kacem, Mehdi, Ironie et vérité

    Tiqqun, Théorie du Bloom

    etc.

    Lien : http://benoitbohybunel.over-blog.com/2016/09/un-essai-en-cours-de-construction-combattre-le-capitalisme-totalitaire-sommaire-preface-et-introduction.html

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  
    Une analyse critique de l’altercapitalisme keynésien, du nationalisme-étatisme et du spinozisme de Lordon – avec Benoît d’Alternative Libertaire (théoricien critique, professeur de philosophie)
     
    Une émission d’analyse critique des théories de Lordon, avec, après une courte présentation de l’émission, une première partie de critique de l’altercapitalisme keynésien (qu’il incarne avec d’autres économistes atterrés - ou atterrants) et leurs analyses tronquées du capitalisme depuis 40 ans (1ème partie – 1h40), une deuxième partie de critique de son national-étatisme au travers d’une critique rigoureuse d’Imperium (50 minutes), et une troisième partie de critique de Capitalisme, désir et servitude et sa lecture de Spinoza (25 minutes) – avec Benoît (théoricien critique, militant d’Alternative Libertaire, professeur de philosophie)
     
    PS : Il ne s'agit pas d'une critique ad hominem, mais plutôt des idées qu'entres autres Lordon véhicule.
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique