• Contre le TSCG, la dette et l'austérité

    Durant le mois d’Octobre 2012 sera voté à l’assemblée le Pacte Budgétaire, appelé « Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) au sein de l’union économique et monétaire (la zone Euro) ». Le TSCG s’inscrit dans le cadre du Mécanisme Européen de Stabilité (MES). 

    Qu’est-ce que le TSCG ?

    Derrière un énoncé aux allures de langue de bois novlanguiste et aseptisée se dissimule un traité visant à réduire le « déficit structurel » de l’Etat, afin que celui-ci soit équilibré ou en excédent. Ce « déficit structurel » était en France de 5% du PIB en 2010. Le TSCG impliquerait de réduire ce déficit à 0,5% du PIB, ce qui représenterait une économie d’environ 87 milliards d’€.  Il s’agit donc d’un traité visant la mise en place de mesures d’austérité, et renforçant la logique de désengagement de l’Etat en ce qui concerne ses missions sanitaires et sociales.

    De plus, ce traité vise à renforcer le pouvoir de la Commission Européenne, ce qui lui permettrait de sanctionner par mise à l’amende et imposition de mesures drastiques les Etats qui ne respecteront pas les conditions de ce pacte budgétaire. Il est ainsi question de confirmer la perte de souveraineté des Etats en ce qui concerne leur politique budgétaire, mais surtout du renforcement de l’autorité d’instances décisionnaires non-démocratiques [1].

    [1] Pour une explication plus détaillée, technique et pointue sur le TSCG et le MES :

    Article de la Fondation Copernic : http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article553

    Article de ContreLaCour : http://contrelacour.over-blog.fr/article-traite-mes-pacte-budgetaire-mecanisme-de-stabilite-tscg-c-est-quoi-tout-ca-99744909.html

     

    Le TSCG, conséquence de la crise financière ?

    La mise en place du TSCG est une des conséquences directes de la crise financière, et des politiques d’assainissement budgétaires et de remboursement des dettes qui en sont la conséquence. Il nous apparaît ici nécessaire de revenir un instant sur la nature de cette crise. Il ne s’agit ni d’une crise classique de surproduction [1], ni de sous-production [2]. Le problème ne se situe pas véritablement au niveau des stocks accumulés. De plus, il est toujours possible de produire les biens élémentaires (alimentation, vêtements, abris) permettant la survie de tous. Il s’agit d’une « crise » de « surendettement ». Ceci signifie tout d’abord que la production reste suffisante pour satisfaire les besoins de la population. La seule pénurie qui existe est liée à d’autres facteurs [3], qui sont le fonctionnement normal de l’économie capitaliste. En cela, au-delà des conditions élémentaires de l’économie capitaliste, il n’y a aucune raison matérielle spécifique pour que des gens se retrouvent à la rue et crèvent la faim !

    La raison de cette crise et que quelques capitalistes anxieux ont réussi à créer la panique et la peur de leurs compères. Ainsi, ceux qui encourageaient, il y a peu, la consommation à outrance et l’usage du crédit, ont soudainement décidé que les gens consommaient trop et qu’il était temps de rembourser ces crédits avant d’accorder de nouveaux crédits [4]. Les organismes financiers qui prêtaient sans limites ont décidés de resserrer l’étau, entraînant les gens dans une situation d’austérité forcée. Cette crise était également l’occasion pour les capitalistes voyous et cupides de se remplir les poches grâce aux intérêts des emprunts. Pour atténuer les effets de l’austérité et éviter des vagues de crises et de révolte populaires, ce sont les Etats qui ont pris la charge de supporter financièrement la crise. Mais à présent ce sont aux Etats de rembourser les sommes empruntées aux banques pour atténuer les effets de la crise. Et pour rembourser ces sommes, les Etats s’apprêtent réduire leurs dépenses publiques, c’est à dire à liquider les systèmes solidarité sociale et à appauvrir les gens !

    [1] Une crise de surproduction est une crise ou la quantité de biens produits est supérieure à la quantité vendue. L’ensemble de la production n’étant pas vendue, les stocks s’accumulent, et les travailleurs se retrouvent au chômage technique. Lorsque plusieurs unités productives concurrentes se retrouvent dans cette situation, les prix diminuent, ainsi que les salaires des ouvriers. Les unités productives qui ne diminuent pas leurs prix s’effondrent et provoquent la perte d’emploi de tous leurs salariés.

    [2] Une crise de sous-production est une situation de pénurie. La production est insuffisante pour satisfaire les besoins de la population. Les biens étant plus rares, les prix ont tendance à augmenter, au grand malheur des plus pauvres qui ne peuvent plus acheter les biens en question. Les gens se recentrant sur les biens de première nécessité, la production dans les secteurs ne répondant pas à une première nécessité s’effondre, et de nombreux salariés se retrouvent au chômage.

    [3] tels que le gaspillage marchand, de mauvaises techniques de production, des pratiques volontaires de périssabilité prématurée des biens produits, des politiques publiques inefficaces ou inexistantes.

    [4] Il relève alors de la plus grande mauvaise foi de tenir pour responsables de la crise des gens que l’on a conditionné à coup de discours politiques et publicitaires récurrents à des pratiques de consommation excessives. D’une part, il s’agit d’une méthode de culpabilisation, typique de la pensée occidentale (aussi bien la religion chrétienne, que la pensée libérale) visant à rendre les gens vulnérables, pour mieux les manipuler ensuite. D’autre part, il s’agit d’innocenter le « système » et ses agents, qui ont durant des années œuvrés pour la construction et la défense d’une culture marchande, qui aujourd’hui, dévoile ses limites, aussi bien sur le plan socio-économique qu’écologique. Le changement culturel ne commence donc pas par la culpabilisation des gens et la mise hors de cause du « système » et de ses agents, mais par la déconstruction de l’idéologie de la consommation, la lutte sur le plan idéologique contre ses agents, et la valorisation des cultures alternatives à la consommation sans limites.  

     

    Qu’est-ce que la Dette ? 

    Dette signifie qu’une personne ou un groupe de personnes doit quelque chose à une autre personne ou un autre groupe de personnes, du fait d’un service rendu préalablement. En économie, on parle de dette lorsqu’une personne s’est fait prêter de l’argent par une autre et qu’elle doit la rembourser. Généralement, l’idéologie capitaliste veut que l’Homme ne soit pas philanthrope et que le prêteur ait un intérêt à prêter, que ce prêt ne soit pas gratuit. C’est ainsi que les prêts d’argent s’accompagnent généralement d’une somme à rembourser supplémentaire : l’intérêt de la dette. Le seul intérêt des prêteurs d’argent est qu’ils récupèrent plus que ce qu’ils perdent. Ce qui veut dire que non seulement ils ne s’appauvrissent pas, mais, de plus, qu’ils s’enrichissent.

    La question la plus complexe à saisir, et que l’on évoque peu dans les discours politiques et médiatiques, est : qui détient la Dette ? Si cette réponse était clairement formulée, il serait possible de répondre aux questions suivantes : a-t-il besoin de récupérer cet argent ? Pour quoi faire ? Cet usage est-il intéressant ? Pour qui ? Est-ce bénéfique pour l’ensemble de l’humanité, ou ce remboursement ne profiterait-il qu’a quelques uns ? Et si ce remboursement ne profite pas à tous, pourquoi les gens devraient-ils payer ? D’autant plus si celui à qui on doit de l’argent ne se retrouve malgré tout pas dans la misère, et continue à vivre dans le luxe. Dans ce cas, pourquoi ne pas abolir la Dette ?

    Si l’on formule ces questions à l’échelle de la France en ce qui concerne la Dette Africaine, ou de l’Europe, en ce qui concerne la Dette Grecque, on se rend compte que ces dettes n’apportent que très peu d’argent aux pays prêteurs [1]. De plus avec les réformes libérales, notamment des 5 dernières années, la France a pris des allures de paradis fiscal. Elle compte une cinquantaine de milliardaires et la plus grande proportion de multi-millionnaires[2]. Il y a donc de l’argent en France et en Europe. Au lieu d’utiliser cet argent pour construire une société de bien-être, on fait payer les gens vivant dans pays les plus vulnérables, que l’on pille et que l’on pressure pour que les riches européens puissent continuer à vivre grassement !

    [1] L’Empire de la Honte de Jean Ziegler nous apprend en effet que la Dette Africaine envers la France ne dépasse pas 3% du PIB, tandis que les dépenses publique pour l’équipement et la recherche militaires sont un des premiers budgets de l’Etat avec des milliards d’euros de dépenses tous les ans.

    [2] Regarder dans le magazine Challenges le classement des 500 plus grandes fortunes de France ! 500 fortunes à plus de 500 millions d’€, dont 321 à plus de 100 millions d’€, dont 45 fortunes supérieures à 1 milliard d’€, dont 4 à plus de 10 milliards d’€. Source : http://www.challenges.fr/classements/fortune/. La France compte également environ 2,2 millions de millionnaires en dollars : http://www.lefigaro.fr/impots/2010/10/11/05003-20101011ARTFIG00375-plus-de-deux-millions-de-millionnaires-vivent-en-france.php  

     

    La Crise et la Dette ne sont pas des phénomènes purement économiques, mais avant tout sociaux et relationnels !

    Le TSCG est une conséquence directe du mécanisme de remboursement des dettes qu’ont enclenché les prêteurs d’argent suite à la crise financière et à la panique qu’elle a provoquée dans les rangs des capitalistes. Les économies budgétaires prévues par le TSCG doivent contribuer au remboursement de la dette, ou du moins, surtout, des « intérêts de la dette ». Il ne s’agit pas là de disfonctionnements économiques, mais avant tout d’une crise des relations sociales [1], en particulier d’une crise de confiance entre les capitalistes dans différents secteurs d’activité [2]. Ce que l’on nomme crise financière et cirse de la dette, c’est la conséquence d’une autre crise qui se traduit par le fait que certains capitalistes ont eu peur du déclassement et de la ruine, et, dans leurs réactions de panique réciproque et d’imitation des comportements de repli protectionnistes, ont entraîné les autres dans leur spirale de déclin. C’est à ce moment que les plus forts et les plus opportunistes sont entrés en jeu, afin de rafler la mise et d’améliorer ainsi leur position dans la hiérarchie du capitalisme mondial. La crise et la dette ne sont donc pas de nature « structurelle » ou techno-économique. Elles ne sont au fond que l’affaire d’un ensemble de comportements de peur, de panique, de repli, d’imitation et d’opportunisme. En cela, ce que nous disent les économistes et les politiciens capitalistes, à propos de la nécessité pour les gens d’accepter de se serrer la ceinture et d’assumer eux-mêmes leurs besoins sanitaires et sociaux, n’est qu’un honteux mensonge pour protéger les riches !

    [1] Pour mieux comprendre, voire : « introduction à l’économie comme rapport social », ESPRIT-CRITIQUE-REVOLUTIONNAIRE, revue n°1, consulter également les ouvrages de Marx sur l’économie politique et le fétichisme de la marchandise.

    [2] Finance, industrie, services, social et santé. En outre, dans une société qui place l’économie au dessus de tout,  lorsque les financiers prennent peur, c’est l’ensemble des secteurs de la société qui, tour à tour, finissent par être touchés.

     

    Etats, instances Européennes, Banques : Mêmes Patrons mêmes combats !

    On rejette bien souvent la faute d’une situation de crise et d’austérité sur les « Etats » ou l’ « Europe », la « Banque centrale », ou encore le « FMI » ou l’ « OCDE », comme si ces structures étaient indépendantes des hommes qui les investissent. Ainsi, désigner comme responsables des structures ne permet pas de se saisir les réalités humaines, sociales, qui opèrent, souvent de manière imperceptible, au sein et par la médiation de ces structures. Les structures sont en effet des constructions humaines et des outils que quelques hommes se sont donnés pour agir en fonction de leurs intérêts. Il relève ainsi d’un « fétichisme institutionnel » [1] d’opposer ou de subordonner les Etats aux instances Européennes, aux banques et aux organismes financiers internationaux, et de subordonner toutes ces instances au patronnât. La réalité est que ces instances ont été crées et sont investies par des personnes organisées en réseaux, et qui ont des intérêts communs, une vision du monde commune basée sur le libéralisme économique, la concurrence, la guerre marchande de tous contre tous. Ces personnes passent par les mêmes écoles [2], à travers lesquelles ils tissent des liens, fréquentent des clubs, des rallyes [3], transitent souvent d’une instance à l’autre durant leur carrière [4]. Il se crée donc un maillage, constitué de noeuds de pouvoir au sein d’organismes en apparence séparées, mais dont les personnes qui les investissent agissent de concours pour pérenniser une situation à laquelle ils trouvent un intérêt commun : celui de maintenir une situation de concurrence économique au sein de laquelle ils poursuivent leurs intérêts individuels. Qu’est-ce que ceci sinon la manière spécifique dont s’organise la domination capitaliste ! Qu’est-ce que ceci sinon la classe capitaliste elle-même! La classe capitaliste dont chaque personne, chaque instance, n’est que l’agent de sa domination. Ceux qui pensent que la lutte de classes est morte avec l’effondrement du Stalinisme ont grandement tord. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Rappelons nous ce que disait, non sans le déplorer, Warren Buffet, célèbre spéculateur américain et accessoirement un des hommes les plus riches de la planète (!) : « la lutte des classes existe. C’est celle que nous menons, nous les riches, contre les pauvres, et nous sommes entrain de la gagner ! ». Mais cette victoire n’est possible que parce que l’autre classe n’a pas encore décidé de lutter, et consent encore à se laisser écraser.

    [1] Dans les sociétés primitives, le fétiche était une petite statuette à laquelle ont attribuait des propriétés mystiques intrinsèques, alors que la statuette n’était qu’un objet médiatisant des systèmes de croyance structurant les relations sociales entre les hommes. Nous nommons « fétichisme institutionnel » le fait de penser les institutions comme des choses en soi, possédant des propriétés intrinsèques, tandis qu’elles sont traversées de croyances, de représentations du monde, qui ne sont que le produit d’une domination sociale sclérosée.

    [2] Normale SUP, l’ENA, Polytechnique, les MINES, par exemple.

    [3] voire Les Ghettos du Gotha, de Pinçon et Pinçon-Charlot.

    [4] De l’industrie à la politique, du journalisme ou de la justice à la politique, de la politique à la finance, d’un parti ou gouvernement à une instance trans-nationale ou à un conseil constitutionnel. 

     

    Une crise ? Pas pour tout le monde !

    L’an dernier, Bernard Arnault (LVMH) accumulait 16 millions d’€ de salaire annuel, ce qui élevait sa fortune totale aux alentours de 22 milliards d’€ [1]. 16 millions d’€, c’est le salaire cumulé de 100 salariés durant une année, 22 milliards d’€, pour indication, c’est à peu près ce que gagnent plus de 3500 travailleurs durant toute leur vie [2]. Il n’est pas le seul à disposer d’une telle fortune. Il n’y a qu’à jeter un œil au Magazine Challenges, dans lequel figure le classement des 500 plus grandes fortunes de France, pour se rendre compte que malgré la crise, la France compte une centaine de milliardaires, et plus de 500 multimillionnaires. De plus, elle est avec plus de 2,2 millions de millionnaires, le pays comptant le plus de millionnaires en Europe [3].

    Les entreprises du CAC 40 ne se sont jamais aussi bien portées, et de nombreuses analyses indiquent que les grandes entreprises gardent taux de profit démesuré depuis le début de la crise [4] [5]. On nous dit donc qu’il y a une crise, que l’austérité est nécessaire, mais on constate surtout qu’il y a des capitalistes qui ne cessent de s’enrichir ! Mettons un temps face à face, les Arnault, Bettancourt, Bolloré&ci, les entreprises du CAC 40, les cadeaux fiscaux, les exonérations de cotisations sociales patronales, avec la situation de Pétroplus, de Fralib, de PSA, des Hôpitaux publiques, du travail social, de la Poste, de France Télécom, du chômage de masse, et avec ce que l’on nous dit du financement des retraites et le prétendu trou de la sécurité sociale ! Il est aisé de constater qu’à tout « déficit budgétaire » correspond un enrichissement des élites économiques. L’argent des dépenses publiques ne disparaît pas ! « De l’argent, il y en a, dans les caisses du patronnât ! »

    [1] 21 milliards d’Euros actuellement selon le magazine Challenges :

    http://www.challenges.fr/classements/fortune/

    [2] En prenant pour base un revenu moyen de 1500€ par mois.

    [3] Challenges, le classement des 500 plus grandes fortunes de France : 500 fortunes à plus de 500 millions d’€, dont 321 à plus de 100 millions d’€, dont 45 fortunes supérieures à 1 milliard d’€, dont 4 à plus de 10 milliards d’€. Source : http://www.challenges.fr/classements/fortune/. La France compte également environ 2,2 millions de millionnaires en dollars : http://www.lefigaro.fr/impots/2010/10/11/05003-20101011ARTFIG00375-plus-de-deux-millions-de-millionnaires-vivent-en-france.php

    [4] 73 milliards d’€ de profit cumulé en 2011, 82,3 milliards en 2010, 44,7 milliards en 2009, 88 milliards en 2007 (c'est-à-dire plus que  ce que voudrait nous faire économiser le TSCG):

    http://www.challenges.fr/entreprise/20120308.CHA4094/les-profits-du-cac-40-ont-recule-de-10-en-2011.html

    http://www.latribune.fr/bourse/20110309trib000606864/823-milliards-d-euros-de-profits-pour-les-entreprises-du-cac-40-en-2010.html

    http://www.lefigaro.fr/marches/2011/09/01/04003-20110901ARTFIG00461-les-profits-des-entreprises-du-cac-40-se-portent-bien.php

    [5] Et encore il ne s’agit que des 40 entreprises les mieux classées ! Il serait intéressant d’avoir les chiffres d’un CAC 100 ou un CAC 500 !

     

    La nécessité de l’austérité : produit de la domination symbolique de l’imaginaire capitaliste !

    La récession, la crise, la dette, le MES et le TSCG ne sont pas des mécanismes structurellement nécessaire. Ils ne le deviennent qu’à l’instant où l’on accepte le capitalisme comme horizon indépassable, c'est-à-dire au moment où l’on conçoit qu’il est juste et mérité que certaines PDG d’entreprises puissent gagner en un an ce qu’un salarié ne peut gagner dans toute une vie, que l’on tolère l’accumulation monétaire au point que certaines fortunes dépassent ce que gagnent des milliers de salariés dans toutes leurs vies, et que ceux qui possèdent ces grandes fortunes soient exonérés de frais de participation à la vie sociale [1]. Mais si l’on refuse cette situation injuste, alors on peut refuser la dette, le MES, le TSCG, ainsi que le report de l’age de départ à la retraite et l’ensemble des politiques d’austérité. En effet, la domination capitaliste, au fond, tire sa force d’un consentement tacite, qu’elle produit notamment grâce aux dispositifs étatiques de socialisation [2]. Elle repose sur des systèmes de normes et de valeurs, notamment l’ardeur au travail, la glorification de l’existence rude et laborieuse, le gout du succès et de l’ascension sociale, la notion de propriété privée des moyens de production [3] ainsi qu’une certaine idée du mérite qui valorise davantage les activités intellectuelles et de commandement ; ces normes constituant les bases imaginaires justifiant le fait que certains puissent accumuler des fortunes faramineuses et déroger à la participation sociale grâce aux cadeaux fiscaux. Au final, tout ceci n’est que représentations, constructions de l’esprit, et ne repose donc sur aucune réalité ou nécessité matérielle [4]. L’acceptation de ces schémas normatifs est en partie ce qui rend les « basses classes sociales » toujours perdantes. Pour améliorer la vie, il serait donc nécessaire, dans un premier temps, de faire voler en éclat toute la structure symbolique de l’économie capitaliste. En effet, le capitalisme est un chaos sans fin dans lequel règne la brutalité de la guerre des seigneurs du taux profit, au détriment des Hommes qui ne sont considérés que comme les instruments et les ressources productives servant à générer ce profit. C’est un système bête qui n’a pas de but et va droit dans le mur, un véritable échec social et historique qui n’apporte pas le bien vivre aux Homme, et auquel serait supérieur n’importe quelle économie socialisée et démocratiquement planifiée.

    [1] impôts sur le revenus, le patrimoine, cotisations sociales patronales (que le patronnât à le culot d’appeler des charges !).

    [2] en particulier l’école, et en général, tout ce qui relaie le discours de la domination (gouvernement, médias, publicité), mais aussi avec le temps, la famille, dans le cas des personnes qui intègrent cette logique, de manière consciente ou inconsciente, et la véhiculent, la transmettent à d’autres.

    [3] « propriété privée » comporte d’ailleurs un double sens. Le propriétaire capitaliste possède un moyen de production dont il détermine les gens qui peuvent l’utiliser et les conditions selon lesquelles les gens peuvent l’utiliser. Réciproquement, les gens sont privés (!) de la possibilité d’user de ces moyens de production pour satisfaire leur besoins.

    [4] « Réalité ou nécessité matérielle » est ici employé au sens des « lois » de la nature, de la physique et de la biologie. Par exemple, la pollution de l’air, de l’eau, des sols, ainsi que la radioactivité des déchets nucléaires sont des réalités matérielles (mais pas des nécessités, car elles sont le fruit de l’action des hommes, de volontés politiques). Le besoin de se nourrir, de dormir, ou encore l’effet de la lune sur les marées sont des réalités matérielles nécessaires. 

     

    Un traité Antidémocratique

    Le TSCG est un traité antidémocratique. Il est imposé aux gens sans même leur demander leur avis. Le Front de Gauche et ATTAC, entre autres, ont récemment lancés une campagne pour interpeller les députés et exiger que se tienne un référendum concernant l’acceptation ou non du traité. Il est en effet juste que les gens puissent décider de leur avenir lorsque des mesures comme le TSCG engage des conséquences dramatiques sur leur vie, et donc nécessaire de se mobiliser afin d’exiger que la parole des gens soit réellement prise en compte.

     

    Limites de la stratégie du Front de Gauche en ce qui concerne la tenue du référendum et l’interpellation des parlementaires

    La « stratégie en deux temps » du Front de Gauche, consistant à obtenir d’abord la tenue d’un référendum, pour ensuite mener la bataille pour le refus de l’austérité comporte plusieurs limites claires. La première limite se situe au niveau de l’interpellation des députés PS et Europe Ecologie. Il serait illusoire de croire qu’il soit possible d’en appeler à la bonne conscience d’une majorité parlementaire récemment élue. En effet, en début de mandat, une majorité qui se veut solide fera preuve de la plus grande discipline et de la plus grande allégeance envers son gouvernement. De plus, n’importe quel militant se rend compte au quotidien, dans les conseils municipaux, généraux, régionaux, de la logique de profond mépris animant la plupart politiciens professionnels à l’égard des gens. Cette logique ne diffère pas en ce qui concerne les parlementaires. Cette caste de politiciens professionnels se croit, que ce soit du fait de leur élection ou de leur formation, au dessus de toute évaluation démocratique en dehors des périodes électorales. Ainsi, à moins de disposer du rapport de force suffisant, on ne pourra espérer des parlementaires que le silence en ce qui concerne la requête d’un référendum.

     

    Ensuite, elle pose l’exigence du référendum comme une étape indispensable de la lutte contre le TSCG, ce qui laisse ainsi supposer que sans obtention d’un référendum, il n’y aura pas ensuite de lutte contre la ratification du traité et les politiques d’austérité. De plus, ne prenant pas la peine de construire un rapport de force suffisamment consistant au préalable, elle n’aura aucun moyen d’imposer aux politiciens la tenue de ce référendum. Enfin, à défaut d’un travail de déconstruction idéologique mené sur le long terme, et dont on pourrait constater les résultats, elle prend le risque flagrant de perdre ce référendum et de délégitimer par la suite l’action du mouvement social.

     

    De surcroit, percevoir le référendum comme nécessité d’une expression démocratique, afin que la décision finale comporte une véritable validité, reviendrait également à accepter le principe de relativiste de l’idéalisme nihiliste libéral selon lequel dans la démocratie, toutes les idées se valent et doivent être exprimées par le vote, après quoi, il faudrait accepter la victoire de la décision majoritaire. Certes, mais ce n’est pas comme si les idées étaient détachées du réel, de nos vies. Au contraire, ces idées sont l’expression politique d’un conflit social. Ainsi, on ne peut pas dire que le bien vivre de tous ait la même valeur que l’austérité généralisée, excepté bien entendu pour les plus riches. Il y a d’autres fromes d’expression démocratique qui ne s’inscrivent pas dans le cadre des institutions politiques. La lutte sociale et la voie de la rue, en tant que manifestation des moyens d’expression et des aspirations des gens et du mouvement social, en font partie.

     

    La tenue du référendum et l’interpellation des parlementaires ne sont évidemment pas (et ne doivent surtout pas être) des fins en soi. Ces actions ne peuvent être autre chose que des prétextes pour susciter l’indignation généralisée et permettre la construction d’une large mobilisation et d’un rapport de force favorable. Il serait en effet naïf de penser que la tenue d’un référendum puisse changer quoi que ce soit à la situation. Rappelons nous qu’il s’est tenu il y a quelques mois en Grèce un référendum similaire, à l’issu duquel les gens ont majoritairement refusés le plan d’austérité que leur proposait leur gouvernement. Les dirigeants des Banques, des agences de notation, des instances Européennes, ainsi que les autres gouvernements de l’Europe ont ensuite soumis les Grecques à une pression épouvantable pour les pousser à accepter l’austérité. Rappelons nous également que le Non l’avait emporté lors du référendum sur l’adoption du traité constitutionnel Européen, tandis que la logique de ce traité à été validée et appliquée par le gouvernement Sarkozy. On constate ici le caractère autoritariste de l’Europe Capitaliste, dont on sait d’avance que ses agents réitèreront leurs pratiques de menace si les gens, en France, et dans les autres pays d’Europe, refusent les traités permettant la mise en place de politiques l’austérité. Face à cela, il serait stupide de penser que les replis protectionnistes et nationalistes puissent constituer une quelconque solution [1]. Isolés, nous ne pourrons rien : chaque pays subira la crise a son tour, devra faire face à la concurrence des autres pays subissant l’austérité, et sera désigné comme le bouc émissaire des dysfonctionnements de l’Europe [2]. Il est par conséquent nécessaire de construire une mobilisation sociale à l’échelle Européenne, afin de dégager cette bande de voyous capitalistes aux rennes de l’Etat, des instances Européennes, des Banques, et des grandes entreprises, et de construire une Europe véritablement sociale et démocratique !

    [1] pour plus de détail, voir : « Le programme du FN, une Arnaque antisociale !» et « L’extrême droite contemporaine », partie III, 1-5, in ESPRIT-CRITIQUE-REVOLUTIONNAIRE, revue n°2, contributions antifascistes.

     

    [2] Se rappeler également des ignobles propos de l’héritière multimillionnaire marine lepen : « les grecs n’ont qu’à se débrouiller ! »

     

    « Contre la réforme des retraites et l'austéritéLes facteurs de l'engagement militant »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :