• COP 21, Avec l'état d’urgence, le pouvoir brise le contre sommet et impose l’ordre capitaliste mortifère !

    COP 21, Avec état d’urgence, le pouvoir brise le contre sommet et impose l’ordre capitaliste mortifère !Suite aux attentats et à la promulgation de l’état d’urgence, le gouvernement a décidé, le 18 Novembre, d’interdire les manifestations du contre-sommet climat des 29 Novembre et 12 Décembre prochains. Il n’a cependant pas annulé le sommet climat. Les gouvernements et les industriels vont donc prendre des mesures inconséquentes, qui menacent de faire bien plus de morts que les attentats de Daech, et ce sans la possibilité de les contester.

    Dans un précédent article, nous avions déjà pointé l’inconséquence des mesures que prévoyaient de prendre les gouvernements et les industriels lors du sommet climat de décembre 2015.
    Nous y avions aussi pointé les limites aussi bien stratégiques que programmatiques des différentes formations politiques, syndicales et associatives, qui allaient participer au contre-sommet.
    Nous savions très bien que le contre-sommet n’était qu’un temps fort, qu’un moment spectaculaire ou les mouvements sociaux auraient pu être largement visibles et faire la démonstration de leur nombre et de leur capacité.
    Nous savions donc très bien qu’il ne s’agissait là que d’un épisode dans une longue série de luttes quotidiennes.
    Cependant, le contre-sommet aurait aussi pu être un événement permettant de booster les dynamiques d’engagement, de lutte et d’auto-organisation.
    La décision de l’Etat Français, de maintenir le sommet et d’interdire le contre-sommet, plutôt que de reporter l’ensemble à une date ultérieure, traduit un usage abusif de l’état d’urgence. Pendant que les esprits seront occupés à suivre l’épopée antiterroriste de l’Etat contre Daech ; les chefs d’Etat et les industriels prendront tranquillement des mesures qui, par leur insuffisance, menacent de faire immensément plus de morts que les attentats du 13 Novembre, et qui, par leur caractère de classe, en feront d’autant plus parmi le prolétariat international. La lutte contre le réchauffement climatique, ses causes et ses responsables, doit impérativement se poursuivre.
    Nous exigeons donc :
    • La suspension du sommet climat et son report à une date ultérieure
    • La préparation d’une nouvelle mobilisation climat, qui aurait lieu dès la sortie de l’état d’urgence
    • La poursuite de la dynamique de propagande sur la question du changement climatique
    • La suspension la plus rapide possible de l’état d’urgence

    ECR&DCL

    « [campagne AFA] Pour détruire Daech, soutien total aux révolutionnaires kurdesL'Economie de Marx pour les Anarchistes - Chapitre 5 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :