• Coup de pression pour la loi Macron (AL)

    Valls brandit l’article 49.3 ? Une occasion de plus pour Alternative libertaire de rappeler que la démocratie parlementaire n’est qu’une illusion, sur laquelle le gouvernement n’hésite pas à s’asseoir pour faire passer des lois anti-ouvrières.

    En annonçant qu’il allait avoir recours à l’article 49.3 de la Constitution et engager la responsabilité de son gouvernement, Manuel Valls indique clairement qu’il n’est pas sûr de disposer d’une majorité à l’Assemblée nationale pour faire adopter le projet de loi Macron.

    Si nous n’étions pas bien conscients du jeu de postures auquel se résume souvent le débat parlementaire, nous pourrions nous demander ce qui retient les députés de l’UDI ou de l’UMP de voter d’une seule voix cet ensemble de mesures constituant une attaque frontale et cohérente contre le droit du travail.

    Car la politique menée aujourd’hui par le gouvernement Valls et hier par le gouvernement Ayrault est dans la droite ligne de la politique menée avant eux par l’UMP au pouvoir : une politique libérale faisant primer la loi des patrons sur les droits des salarié-e-s.

    Une occasion de plus pour Alternative libertaire de rappeler que la démocratie parlementaire n’est qu’une illusion, sur laquelle le gouvernement n’hésite pas à s’asseoir pour faire passer des lois anti-ouvrières.

    Au-delà des calculs politiciens visant à dénombrer les députés du PS, d’EELV ou du Front de gauche qui se rallieront à la motion de censure déposée par la droite, il s’agit à présent de se saisir de cette tentative de passage en force pour renouveler nos critiques contre la loi Macron et pour porter la contestation là où elle a le plus de chances d’aboutir : non pas sur les bancs de l’Assemblée, où les prétendus « frondeurs » du PS vont montrer les limites de leur engagement en retournant leur veste pour se rallier à Valls, mais dans les entreprises et dans la rue.

    Alternative libertaire, le 18 février 2015

    A lire aussi sur le site d'Alternative Libertaire :

    La loi Macron, c’est tout pour les patrons

    Le ministre de l’économie sort sa loi qui modifie en profondeur le code du travail. Le cadre général est donné : le droit des patrons prime sur ceux des salarié-e-s. Continuation de la casse des acquis sociaux et libéralisme pour maître mot.

    « Loi croissance » : Les obsessions libérales de Macron

    [Vidéo] La loi « pour la croissance et l’activité » est présentée par le gouvernement comme une addition de petites mesures visant à simplifier le Code du travail. Mais avec le travail du dimanche, une série de privatisations ou la casse des prud’hommes, une cohérence d’ensemble et un but unique apparaissent : transformer les travailleurs et travailleuses en chair à patrons.

    « Lire : Ernst Lohoff et Norbert Trenkle « La Grande Dévalorisation » (AL)La crise économique et l’alternative sociale »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :