• Dossier Elections 2012

    Elections présidentielles 2012

    Pourquoi nous avons soutenu le NPA et son candidat Philippe Poutou

    Elections législatives 2012

    Pour un 3ème tour de lutte sociale

     

     

    Elections présidentielles 2012

    Dans cet article consacré aux élections présidentielles de 2012, nous nous concentrerons sur les partis qui développent selon nous des postures véritablement spécifiques.

    La première partie de notre analyse sera consacrée aux droites, et se concentrera sur les trois partis principaux que sont l’UMP, le FN et le MoDem.

    La seconde partie sera consacrée aux gauches et parlera tout d’abord du PS, même si nous avons hésité longuement sur le fait de les inclure dans la partie consacrée aux gauches. Nous parlerons également des Verts, du Front de Gauche, de Lutte Ouvrière, et enfin du NPA.

    Nous n’accorderons ainsi que peu d’importance à des partis comme « République Solidaire » de Dominique de Villepin (intermédiaire entre l’UMP et le MoDem), « Debout la République » de Dupont-Aignan (intermédiaire entre le FN et l’UMP), « CAP 21 » de Corinne Lepage (simple programme écologique pouvant servir de porte de sortie à n’importe quel parti de droite à l’avenir), « Solidarité et Progrès », le parti extra-terrestre de Cheminade, ou encore « Blanc c’est exprimé ! », de Gérard  Gautier, auquel nous consacrerons tout de même quelques lignes pour féliciter l’originalité de sa démarche, tout en mettant en avant sa limite. Nous parlerons de ces partis dans la troisième partie, intitulée « oubliettes ».

    I LES DROITES

    UMP 

    La politique de l’UMP à été un désastre durant 5 ans et le programme proposé pour les élections de 2012 s’inscrit dans la continuité de ce qui a précédé. Il s’agit de poursuivre son entreprise de casse sociale, sa logique de légitimation de la xénophobie, son écologisme de surface qui ne fait absolument pas illusion et qui menace l’ensemble de la biodiversité, tout cela pour faire quelques cadeaux aux riches. Il n’y a, dans ce programme, aucune perspective d’amélioration de la situation présente. Ce parti est véritablement dangereux. S’il continue d’être au pouvoir, la situation va vite devenir invivable pour de plus en plus de personnes. Sarkozy et sa clique de capitalistes cyniques doivent dégager pour de bon ! 

    FN

    Nous avons déjà rédigé, il y a quelques mois, un article détaillé intitulé l’extrême droite contemporaine, où nous expliquions en détail pourquoi le FN représente une impasse et une imposture. Quiconque ne s’est pas arrêté au discours démagogique de marine lepen, mais a pris la peine de regarder son programme, constate qu’a part quelques mesures en faveur du service publique, dont on doute qu’elles seraient mises en application, il s’agit d’un véritable programme de droite, un programme d’exploitation des travailleurs en faveur du patronnât. Que pourrait-on attendre d’une héritière de multimillionnaire. On constatera aussi que le FN n’a rien perdu de sa xénophobie. A moins d’être nostalgique des conditions de vie des travailleurs du XIXème siècle, il n’y a rien à espérer de ce parti. Nous le répèterons encore, le FN cherche à exalter la haine des pauvres travailleurs et chômeurs français envers les étrangers, tout cela pour redonner le pouvoir à une bourgeoisie nationale déshéritée par la mondialisation économique. Le FN défend sa posture bourgeoise par l’idée du mérite. Le patronnât gagne beaucoup parce qu’il est méritant, les ouvriers sont moins méritants et gagnent donc moins. Quelle hypocrisie de la part d’un parti à la tête duquel se trouve une héritière à qui l’on a donné toutes les cartes pour arriver là, et où une personne exerçant une profession intellectuelle se retrouve cadre en quelques semaines, alors que des ouvriers militants de longue date n’y parviennent quasiment jamais. Pire encore, le FN se veut apparaître aujourd’hui comme un parti Républicain, mais continue en coulisses de se revendiquer de l’OAS (organisation armée secrète), une organisation terroriste qui avait pour but d’abattre la république de De Gaulle afin de poursuivre la guerre d’Algérie. Il contient également dans ses rangs des adorateurs du reich, des anciens du GUD et d’Occident qui continuent d’entretenir des liens avec les groupuscules d’Ultra Droite. Voici la preuve que le FN est loin d’être aussi fréquentable que ce qu’il essaie de faire croire. Si l’UMP est un parti dangereux, le FN est encore bien pire. Quand bien même on souffre de la crise ou de l’insécurité, il est difficile de comprendre ce qui peut justifier le fait de soutenir ce parti abominable !

    MODEM 

    Un bon petit parti de centre droite apparemment humaniste et se prétendant au dessus des clivages politique gauche/droite. Voici l’image du MoDem que François Bayrou tente de donner. Mais il ne faut pas être dupe. Une politique au-delà des clivages gauche/droite, cela n’existe pas. François Bayrou, en bon héritier des traditions de politique pragmatique, et notamment du Blairisme, tente de jouer sur l’image du politicien responsable, défenseur de la vérité, de la raison pure et logique. Mais on connaît bien la logique du Blairisme. Le parti travailliste de Tony Blair, pourtant issu de la gauche, et dont s’inspire également le PS, a été bien plus libéral que ses prédécesseurs. Sous prétexte d’une logique d’émancipation vis-à-vis des déterminismes de classe et communautaires, la politique de Blair a été une véritable entreprise de casse sociale et de restauration des vieux déterminismes de classes, avec toutes ses inégalités et ses injustices. Le programme économique du MoDem est bien un programme de droite, un programme néolibéral. Il s’agit d’une politique de gestion de crise et d’austérité.

    Mais à la différence de Sarkozy et de sa politique cynique et décomplexée, François Bayrou représente la vieille droite conservatrice, la droite des valeurs, du retour à l’ordre moral. Cependant, la conception de la morale de la droite humaniste, qui est héritée du catholicisme, comprend de sérieuses limites. La morale catholique est une morale qui se projette dans l’universel, et nie les différences historiques, biographiques, sociales et culturelles. Elle s’impose à ceux qui ne partagent pas les conditions de vie favorables de ceux qui tentent de la promouvoir ou de l’imposer. Autrement dit, ceux qui s’enrichissent dans la société capitaliste vont imposer leurs règles de « bonne conduite » à ceux qui s’y appauvrissent. C’est une conception qui tente de justifier la misère, et de réprimer à la fois les manifestations de refus de ces conditions de vie intolérables, et les comportements « immoraux » de survie.

    Enfin, une politique basée sur la croissance avant tout ne peut être écologique, quand bien même on prendrait en compte les efforts constatables dans le programme du MoDem. La problématique écologique, lorsqu’elle est vraiment prise au sérieux, ne se limite pas à une sorte de capitalisme vert, mais implique une réduction drastique des activités humaine et une réorientation de la production vers la durabilité maximale. Ainsi, le MoDem, en dépit de ses bonnes intentions, s’inscrit dans la logique des accompagnateurs du capitalisme transnational et de la dégénérescence globale.

    II LES GAUCHES

    Parti Socialiste

    Peut-on encore dire que le PS est socialiste ? Tout dépend de ce que l’on entend par socialiste. Si l’on pense que le socialisme consiste dans la prédominance du social sur l’économique, alors non, le PS n’est pas socialiste. Le PS est favorable à un libéralisme social, c'est-à-dire à quelques aménagements sociaux permettant au libéralisme de continuer sa route. Il s’agira de taxer en douceur quelques taux de profits élevés, afin de permettre au capitalisme de ne pas s’effondrer, ou disons, de ralentir son effondrement. C’est une politique de gestion de crise et de récession. Le PS fait preuve de démagogie dans son discours lorsqu’il se prétend du coté des gens contre le monde de l’argent. François Hollande se pose en adversaire du monde de la finance devant les caméras, et s’empresse en coulisse de rassurer les cartels financiers. De plus, la gestion politique des mairies, des départements et des régions, a encore une fois démontré la tendance à la droitisation du PS, ainsi que son manque de courage politique. On a ainsi vu le PS dérouté face à la politique de la droite relative à la mise en place des résidences sociales, véritables centres crypto-pénitenciers.

    On a aussi pu constater, d’une part, le silence et l’inactivité du PS vis-à-vis de la montée actuelle du FN, et d’autre part, son hésitation en ce qui concerne le fait d’agir en faveur de la réquisition des logements vides pour les familles sans-papiers lors des plans grand-froid. Si, au niveau des mairies et des collectivités locales, le PS est incapable de se positionner contre la politique anti-sociale et xénophobe de l’Etat, se contentant de le dénoncer comme seul coupable et décidant de fermer les yeux, il ne fait nul doute qu’il fera de même au niveau international, qu’il reculera vis-à-vis du monde de l’économie et de la finance. François Hollande et son gouvernement auraient-ils au moins le courage de rétablir le départ à la retraite à 60 ans ? On en doute vraiment !

    Par contre, il est certain que le PS fera de nombreux efforts pour favoriser le développement des divertissements culturels en tout genre.

    C’est ce manque de courage politique, cette incapacité à s’attaquer sérieusement aux problèmes fondamentaux qui se posent à l’humanité, qui rendra également la politique du PS en matière d’écologie limitée et inefficace. Ce n’est pas en se limitant au développement de l’industrie des énergies renouvelables ou de l’isolement thermique de l’habitat, et en proposant une faible réduction de la part de l’énergie nucléaire, que nous repasserons en dessous du seuil de l’empreinte écologique avant que n’arrivent des catastrophes irréversibles. La politique du PS n’apportera pas de véritables avancées. Le seul intérêt d’une éventuelle élection du PS résiderait dans le fait de gagner du temps pour construire une opposition de gauche un peu plus consistante que ce qu’elle est aujourd’hui.

    Pour finir, nous évoquerons la dimension antidémocratique qu’a pris le PS, en ce qui concerne les consignes données aux maires du parti de ne pas donner de signature aux candidats des autres partis notamment de gauche. Cette stratégie de victoire s’oppose directement à la conception démocratique selon laquelle les idées doivent pouvoir s’exprimer librement. Cela signifie que la stratégie de conquête du pouvoir passe avant l’expression des convictions politiques. Le PS s’est ainsi trahi en dévoilant son véritable visage !

    Europe Ecologie les Verts 

    Les Verts développent un programme écologique encore quelque peu timide, mais lucide et cohérent, qui s’articule de mieux en mieux avec une posture de progrès social. Ils se positionnent ainsi en dignes représentants du mouvement Altermondialiste. Nous regretterons tout de même qu’ils ne développent pas un plan concret de lutte contre les pratiques d’obsolescence programmée dont nous serions curieux de connaître les possibilités d’application. Nous regretterons aussi que les Verts se cantonnent toujours à une tradition institutionnelle et une politique libérale. Nous pouvons comprendre sa logique institutionnelle, les Verts étant un parti qui s’est construit en lien avec de nombreux réseaux associatifs et de nombreuses initiatives de volontarisme individuel, allant dans le sens d’un développement de pratiques et de modes de vies qualitativement différents du modèle occidental dominant. Nous comprenons aussi les raisons qui motivent les Verts à se diriger vers une sorte de libéralisme moralisé, de capitalisme à visage humain, plutôt que d’adopter une posture antilibérale et anticapitaliste. Ces raisons se trouvent moins dans une sorte de rationalité politique que dans la structure de classe sociale propre aux militants des Verts et à son électorat. A quelques exceptions près, il s’agit majoritairement de personnes issues de classes moyennes, travaillant dans le champ culturel et scientifique. On pourrait également parler de l’influence du libéral-libertaire Dany Cohnbendit. De ce fait, les préoccupations principales des Verts ne sont pas celles de l’élimination de la logique concurrentielle sur le plan économique, de l’adoucissement de la lutte pour l’existence. C’est dommage !

    Front de Gauche 

    « L’Humain d’abord !», « Prenez le pouvoir !», voici les deux principaux slogans de la campagne électorale du Front de Gauche. Mais qu’est ce que cela signifie ? Y a-t-il un contenu derrière ces énoncés ou s’agit-il de coquilles vides ?

    « L’Humain d’abord ! », d’accord, mais après quoi ? L’argent, les intérêts des multinationales et du monde de la finance ? C’est une évidence, et nous ne étendrons pas encore une fois sur ce sujet ! La Nature, la biodiversité ? Évidemment non ! Le programme du Front de Gauche sur le plan de l’écologie est significatif d’une prise de conscience (tardive ?) du fait que l’Homme est partie prenante de la biodiversité, qu’il ne peut vivre sans elle, et qu’il est par conséquent nécessaire pour les socialistes de penser l’écologie comme une problématique au cœur de la réflexion sociale. Cependant, malgré tous ses efforts au niveau de l’écologie, le Front de Gauche reste dans l’incapacité de se résigner à une sortie rapide du nucléaire, notamment du fait que le PCF oppose des résistances à ce sujet. A croire que la catastrophe de Fukushima ne leur a rien appris. Cette catastrophe ne peut se limiter à des problèmes de sécurité dans les centrales. De plus, et quand bien même on arriverait à rendre les centrales totalement fiables (idée qui prend aujourd’hui un caractère chimérique), reste le problème, encore non résolu, du traitement des déchets nucléaires. On se contente de les enfouir dans le sol, en attendant une solution providentielle venant de la science. De nombreux sites ne sont de plus pas balisés, et on ne sait pas si ceux qui le sont aujourd’hui le seront encore d’ici 100 ou 200 ans. On s’expose, et on expose surtout ceux qui viendront après nous, au danger de contamination radioactive des organismes, des sols et des eaux. Si encore le Front de Gauche proposait d’engager immédiatement un vaste programme de recherche scientifique de traitement des déchets nucléaires, qui aboutisse à des solutions rapides et efficaces, peut-être pourrait-on envisager la possibilité de discuter sur l’avenir du nucléaire. Mais ce n’est, hélas, pas le cas aujourd’hui.

    Ensuite, « L’Humain d’abord », mais quel humain ? Est-ce l’humain considéré sur le plan purement fonctionnel, qui a besoin de boire, de manger, de dormir, de se loger, de se soigner, ou est-ce l’humain considéré a la fois sur le plan physiologique et culturel. Il y a en effet différentes manières de manger, de boire, de dormir, propres aux différentes cultures. La vie d’une personne ou d’une société, de plus, ne se limite pas à ces fonctions élémentaires. Sur ce point, le discours que Jean-Luc Mélenchon développe, et oppose notamment au FN, est quelque peu rassurant. Il contrebalance en partie le passé conservateur et raciste du PCF, notamment envers les travailleurs migrants. Contrairement à la logique du PS, le Front de Gauche a engagé une campagne poussée contre le FN, et contre toutes les formes de racisme et de discriminations. La conception de la laïcité du Front de Gauche, qui s’oriente vers la liberté culturelle, est significative d’une démarche d’ouverture et de respect de l’autre, qui dissone avec les autres versions de la laïcité du centre et de la droite, qui traduisent davantage au mieux l’effacement des différences, au pire, une manière déguisée de valoriser un certain conservatisme religieux.

    Il n’empêche que le programme politique du Front de Gauche reste essentiellement législatif, pour ne pas dire réformiste. Il s’agit de créer une « VIème République », de rédiger une nouvelle constitution, de promulguer des lois, des décrets, de développer des cadres institutionnels nouveaux, plus favorables aux petites gens ; ce qui est très bien, mais comporte une limite assez claire. A quoi bon créer des cadres institutionnels à tout va s’ils ne correspondent pas à une pratique sociale effective ? Et si une telle pratique en rupture avec la domination sociale et culturelle du capital existe effectivement, quelle est elle ? Quels en sont les traits significatifs ? A quoi bon appeler les gens à prendre le pouvoir, vouloir donner le pouvoir au peuple, si l’on ne met pas en avant ce qui le constitue comme fondamentalement de gauche, ce qui le distingue qualitativement des élites capitalistes ? A quoi cela peut-il aboutir si ce n’est à la résurgence de structures de pouvoir analogues ?

    Le Front de Gauche, héritier lointain d’une tradition léniniste, aujourd’hui heureusement pacifiée, reste dans une logique de parti de masse. Cela signifie qu’il considère toujours les militants comme une avant-garde éclairée chargée de diriger les masses, et fonctionne sur une logique de délégation, que l’on constate notamment lorsque l’on compare le nombre d’adhérents, qui financent les partis du Front de Gauche sans jamais se rendre sur le terrain, et le nombre de militants véritablement actifs. Cependant et heureusement, il n’y a aujourd’hui pas de « masse » à diriger. Nous ne sommes plus à l’époque du Parti Communiste rayonnant et du puissant mouvement ouvrier. A cette époque, il y avait dans la classe ouvrière une véritable culture, une véritable autonomie qui s’opposait radicalement à la domination de la classe capitaliste. Elle est loin l’époque ou le PC revendiquait plus de 100 000 militants, et plusieurs centaines de milliers d’adhérents, ou il faisait des meetings de plusieurs dizaines de milliers de personnes et plus de 20 % au premier tour des élections. Aujourd’hui, le PCF est obligé de s’allier à d’autres forces de gauche afin de se maintenir. Il ne faut par conséquent pas se leurrer sur l’engouement actuel autour du Front de Gauche. Une grande partie de son succès ne provient pas de son programme ou de son activité, mais du phénomène charismatique qui s’est développé autour de Jean-Luc Mélenchon. Bien que nous ne doutions pas de ses bonnes intentions, il se retrouve entraîné, ainsi que l’intégralité du Front de Gauche, dans un processus à risque. En effet, dès qu’un personnage charismatique émerge et devient le socle d’une opposition politique, la survie de l’organisation dépend de plus en plus de lui. Lorsque le chef se retire, l’organisation centralisée autour d’un leader charismatique se retrouve généralement embarquée dans des luttes de pouvoir intestines et des scissions récurrentes qui finissent pas la disloquer complètement. De plus, la prise de pouvoir se révèle inefficace sans l’activité d’une population autonome. Les seules alternatives dans ce type de situation résident soit dans l’abandon du pouvoir, soit dans l’exercice d’une politique répressive. Sur la question du pouvoir, le Front de Gauche devrait ainsi abandonner sa logique léniniste et s’inspirer par exemple, de la manière dont les mouvements écologistes et altermondialistes ont réussi, à partir de l’appui sur un vaste réseau associatif, ainsi que sur une logique de volontarisme, à influer d’abord sur les pensées et les pratiques quotidiennes de nombreuses personnes, pour finalement rendre leurs problématiques incontournables sur le plan politique. Le développement d’un programme écologiste au sein des organisations de gauche représente ainsi une victoire du mouvement écologiste. Au lieu de se poser comme un corps intermédiaire entre l’Etat capitaliste et les gens, de flatter et de plaindre ces derniers comme étant les innocentes victimes du système, et au final de devenir une structure autoritaire et dirigiste les maintenant dans l’impuissance et la délégation constante du pouvoir, le Front de Gauche devrait également accorder davantage d'attention au développement de l’autonomie. Pour cela, il suffirait de s’intéresser davantage aux expériences des mouvements libertaires, des Maoïstes Français, ou encore de celles de l’auto-organisateur Américain Saul Alinsky. Ces expériences constituent en effet un héritage historique incontournable. Elles ont accordé beaucoup d’importance à ce que pensent et font les gens. Elles ont cherchées à leur donner la parole plutôt que de parler en leur nom, et ont également œuvré dans le sens de la construction d’une capacité  d’auto-affirmation, de résistance et d’auto-organisation. Ainsi, si elles veulent vraiment construire une société socialiste ou communiste, les organisations du Front de Gauche devraient davantage s’intéresser aux apports des mouvements d’émancipation, plutôt que de se complaire dans la posture arrogante de l’organisation de masse qui méprise ces mouvements sous prétextes que ceux-ci ne recueillent pas l’adhésion électorale d’une partie importante de la population.

    Lutte Ouvrière

    Il n’y a que peu de choses à dire sur LO. Il s’agit d’un bon programme social allant dans le sens du travail, quelle que soit l’origine ethnique des travailleurs, contre le capitalisme industriel et financier. LO défend entre autre la reconstruction d’un service public de qualité, et développe la posture la plus progressiste, parmi les partis politiques représentés électoralement, sur la question des régimes de retraites, qui consiste dans l’alignement sur les régimes les plus favorables (37.5 annuités et départ à 60 ans). Il est néanmoins dommage que la réduction du temps de travail hebdomadaire ne figure pas dans leur programme. LO défend également le contrôle démocratique des entreprises par les travailleurs, qui constitue une étape importante du processus d’émancipation et d’autonomie, largement laissé pour compte par une grande partie de la gauche au profit de la délégation du pouvoir. Un paradoxe flagrant apparaît d’ailleurs sur la question de l’autonomie au regard du fonctionnement interne de LO. Il s’agit d’une organisation de type « vieux léninisme », fortement centralisée, doctrinaire, disciplinaire et sacrificielle. L’engagement dans LO est une forme de sacerdoce. Le militant doit vouer sa vie au parti et sacrifier le reste : loisirs, vie sociale, vie familiale. Mais le plus préjudiciable en ce qui concerne la posture de LO reste son positionnement sur la question écologique. Le social passe d’abord, la question écologique ensuite. Comme si la vie sociale ne dépendait pas des conditions écologiques, comme s’il n’y avait pas d’urgence climatique, ni épuisement des ressources non renouvelables, ni de déchets nucléaires qui s’accumulent et dont nous ne savons que faire. Comme si la pollution dans les villes n’était pas génératrice de problèmes de santé. Comme si la pollution et l’usage de pesticides dans l’agriculture n’était pas dangereuse pour les travailleurs agricoles et n’influait pas sur la qualité de l’alimentation. Sur ce point, LO s’enferme dans une posture idéologique complètement dépassée selon laquelle l’écologie serait une préoccupation petite-bourgeoise. C’est un tord ! Il est évident que si l’on ne s’empare pas de la question écologique, il n’y a que la bourgeoisie qui va s’y intéresser, et de ce fait, elle restera une préoccupation bourgeoise. Sur ce point, LO est à la traîne par rapport au reste de la gauche, car même le PCF a fini, certes de manière excessivement tardive, à s’y intéresser.

    Nouveau Parti Anticapitaliste 

    Le NPA est la seule organisation politique représentée aux élections qui ait réussi a synthétiser l’ensemble des revendications de progrès social qui ont émergées à travers l’histoire récente de l’humanité, du mouvement ouvrier prenant ses origines au XIXème, au mouvement écologique et Altermondialiste des années 90-2000, en passant par les luttes pour l’émancipation des années 60-70. En partant du constat que le capitalisme a entraîné des effets désastreux au niveau social comme écologique, le NPA compte parmi les premières organisations de gauche à avoir reconnu les limites naturelles de la planète et du productivisme, et à avoir réfléchi à une conciliation possible entre progrès social et écologisme. Il s’est ainsi affirmé, au sein du NPA, un courant qui prend le parti de ne pas choisir entre social et écologie, mais de les concilier dans une opposition radicale au capitalisme. Ce courant se nomme Ecosocialisme. Il est notamment porté par  le philosophe Michael Lowy. Partant également du constat que le socialisme bureaucratique fut également un échec tant en Russie qu’en Chine ou à Cuba, le NPA s’intéresse également aux réflexions des mouvements libertaires sur la démocratie autogestionnaire et l’autonomie des mouvements d’opposition. Partant encore du constat des limites rencontrées par les mouvements d’émancipation des années 60-70, le NPA tente de donner un second souffle à ces mouvements, et s’intéresse également à l’héritage laissé par les penseurs de l’émancipation et de la subjectivité, comme le prouve l’ouvrage posthume et inachevé de Daniel Bensaïd, malheureusement décédé (Le spectacle, stade ultime du fétichisme de la marchandise). Il y a, dans ces efforts, de quoi sauver le socialisme de l’impasse dans lequel il s’est retrouvé au XXème siècle. L’écosocialisme libertaire qui est en germe au sein du NPA et dans d’autres mouvements ou organisations se situant hors du champ électoral, représente l’alternative encore non réalisée de l’histoire, l’expérience qui soit à tenter après que tout le reste ait déjà échoué.

    Néanmoins, le NPA est un parti en pleine reconstruction après la dissolution de la LCR, l’arrivée de militants aux expériences nouvelles, puis le départ de certains courant, notamment de l’ancienne tendance bureaucratique électoraliste droitière qui a constitué la Gauche Unitaire et à rejoint le Front de Gauche, ou encore la Gauche Révolutionnaire, groupuscule  Trotskyste extrêmement doctrinaire. De plus, le NPA manque encore de cohérence et de maturité. Il est aujourd’hui composé de jeunes et de vieux militants aux expériences, aux visions et aux pratiques très différentes. Il y a ainsi un effort de synthèse et d’assimilation a poursuivre au sein du NPA qui ne pourra se réaliser qu’avec le temps, la maturation et l’ouverture d’esprit. Il est fort dommage qu’il n’y ait pas eu d’effort plus poussé au niveau de l’élaboration du programme pour les élections de 2012, que ce soit sur le plan social ou écologique. Bien qu’un programme très élaboré puisse apparaître rigide et fermé, il aurait suffi de dire que toutes les mesures seraient soumises à la décision démocratique, et non appliquées de manière autoritaire. Le NPA aurait ainsi pu démontrer sa consistance politique, son intelligence, et faire preuve de plus de crédibilité. Mais l’important dans la situation actuelle n’est pas le programme.

    La France, dans l’état actuel des choses, est un pays ingérable. Elle est ingérable en fonction de l’hégémonie du capitalisme au niveau local comme international. Pour que quelque chose soit possible ici, il est également nécessaire que les choses évoluent ailleurs, d’où les postures internationalistes du NPA. Mais l’impossible gestion de la France n’est pas la seule raison qui pousse le NPA à adopter une posture non gouvernementale. En vertu de ses positions libertaires, le NPA n’est pas un parti de gouvernement, mais un parti qui vise le développement d’une capacité autonome et combative des populations exploitées, opprimées, fragilisées, et réduites aujourd’hui à l’impuissance. Sa volonté de supprimer la fonction présidentielle s’inscrit dans l’idée de donner le pouvoir aux gens, de remplacer le gouvernement par un modèle décisionnel collectif et autogestionnaire. La fonction  présidentielle n’est qu’une vieille réminiscence monarchiste, l’expression d’un besoin réactionnaire d’incarner l’autorité suprême dans un personnage charismatique. Ainsi, la société pourrait très bien s’en sortir en remplaçant le « corps physique du roi », l’arbitraire d’un chef charismatique, par l’expression démocratique directe. L’internationalisme opposé au Socialisme dans un seul état ; la démocratie directe et la suppression de la fonction présidentielle opposées à la dictature bureaucratique et autocratique ; l’attention portée au développement de l’autonomie des populations opprimées opposée à la posture d’avant-garde arrogante du parti détenteur de la vérité révolutionnaire absolue ; toutes ces positions constituent autant de signes d’une maturation de la réflexion socialiste, ainsi que de son potentiel de dépassement des échecs du vieux marxisme-léninisme.

    Le terrain de prédilection du NPA n’est donc pas le champ électoral. C’est un parti de militants, contrairement par exemple au PCF, qui est davantage un parti de cotisants et de cadres. La logique du NPA réside dans l’intervention dans les luttes sociales. La preuve en est que ce sont le plus souvent les militants du NPA que l’on retrouve dans l’ensemble des luttes sociales : pour la défense des sans-papiers, le droit au logement, le droit des femmes, contre le nucléaire, les plans de licenciements massifs, et dans l’ensemble des mouvements sociaux contre les réformes anti-sociales de l’Etat Français. Contrairement à de nombreuses organisations de gauche, le NPA ne cherche pas à se joindre à ces luttes pour en prendre le contrôle mais pour y favoriser le développement de l’auto-organisation.

    En dépit de tous ces progrès, la limite principale du NPA aujourd’hui réside dans sa incapacité d’influer, comme ce fut le cas du mouvement écologique et altermondialiste, au niveau du développement, ou au moins de la valorisation, de pratiques de la vie quotidienne qualitativement différentes, qui se démarqueraient de la culture capitaliste et occidentale. Leur développement constituerait pourtant la base d’un changement révolutionnaire dirigé vers l’amélioration véritable de la condition humaine et la préservation de la nature. C’est donc sur ce point que les militants du NPA devraient travailler s’ils souhaitent mener à bien ce projet.

    III LES OUBLIETTES

    Nous ne parlerons pas en détail de certains partis tels que « République Solidaire » de De Villepin, « CAP 21 » de Corinne Lepage, « Debout la République » de Dupont-Aignan, « Solidarité et progrès » de Cheminade, ou encore du plus sympathique Gérard Gautier, le candidat de « Blanc c’est exprimé ». « République Solidaire » de De Villepin ne diffère pas grandement du programme de Sarkozy ou de Bayrou. Les seules spécificités notables sont la destruction de l’Université et son remplacement par des pôles d’excellence, ainsi que la mise en place d’un revenu minimum de citoyenneté de 850€, s’accompagnant d’un impôt « symbolique »( !?). « CAP 21 » est la démonstration qu’il existe une écologie de droite, c'est-à-dire consistant à sauver la planète et le capital par l’appauvrissement des petites gens. « Debout la République » de Dupont-Aignan est une sorte de mixture intermédiaire entre le FN et l’UMP, dont il ne peut rien sortir de bon. Que dire de « Solidarité et progrès », le parti des zinzins de l’espace de Cheminade, qui développe par exemple des idées absurdes comme le fait que toute la misère du monde viendrait d’un complot mondial orchestré par la couronne d’Angleterre. Le candidat le plus intéressant des oubliés est sans conteste Gérard Gautier, militant depuis 1989 pour la reconnaissance du vote blanc et le non cumul des mandats. Cependant, cette perspective de reconnaissance du vote blanc apparaît quelque peu absurde. Historiquement, le vote blanc n’a pas été instauré comme un vote de protestation, mais comme un vote d’indécision se rangeant du coté de la majorité. Nous savons que le vote blanc et l’abstention sont instrumentalisés par les politiciens depuis de nombreuses années, l’un et l’autre étant assimilés tantôt à une forme de protestation contre l’ensemble de la politique, tantôt comme une forme d’indécision favorable à la majorité triomphante. Si l’on redonnait son sens historique au vote blanc, il n’est pas sur que l’abstention puisse représenter un point de vue protestataire, et il est certainement plus probable qu’elle soit qualifiée de paresse. Ainsi, il n’y aurait aucun moyen de faire reconnaître les postures de grand refus. Faudrait-il alors militer pour la reconnaissance d’une sorte de « vote noir », d’un vote qui ne se range pas derrière la majorité mais s’exprime contre tout ce qui est proposé en politique ? Où faudrait-il plutôt axer sur la dimension positive, c'est-à-dire permettre aux gens d’exprimer leur position spécifique, ne correspondant à aucune des postures politiques représentées ?

    Pourquoi nous avons soutenu le NPA et son candidat Philippe POUTOU

    Nous avons décidé de soutenir la candidature Philippe Poutou, porte parole du Nouveau Parti Anticapitaliste pour le premier tour des présidentielles. Il y a plusieurs raisons à cela. Les positions que développe le NPA sont similaires aux notes sur de nombreux points.

    Tout d'abord, nous soutenons le NPA  parce qu'il est absolument nécessaire et urgent, si nous souhaitons qu'il y ait un avenir possible pour nous et pour les générations futures, de sortir du capitalisme et de mettre en place un nouveau modèle de production, plus respectueux de la santé des hommes et de la nature. Parce qu'il est absolument nécessaire d'en finir avec les politiques sécuritaires et répressives, avec la xénophobie, la misogynie, et la misanthropie en général.  

    Ensuite, parce que nous savons pertinemment que le pouvoir, aujourd’hui, ne se situe pas au niveau de l’Etat, mais dans les rapports de force inhérents aux conflits présents dans la société, et particulièrement au niveau de la sphère économique. Ainsi, sans une inversion de ce rapport de force, sans le consentement et l’implication active dans les luttes sociales d’une large partie de la population, aucun programme de gauche n’a de chance d’être mis en application. Ceux qui s’empareront de l’Etat se retrouveront soit à servir une politique au service des riches, soit dans l’impuissance de mener une politique de gauche. C'est en cela, par exemple, que le Front de Gauche, même crédité de 15 à 18% d'intentions de vote, demeure une impasse. Mélenchon a beau exposer un programme de réformes radicales intéressant, il semble néanmoins muet à la fois sur les moyens de mettre en application ce programme, de faire accepter aux classes dominantes de s’y soumettre, ainsi que sur la question de la capacité du mouvement social actuel à peser dans le rapport de force qui l’oppose au monde de l’industrie et de la finance. Le simulacre de prise de la bastille est au combien symbolique! La bastille est un lieu vide, sans pouvoir, tout comme l’Etat. Pour symboliser une véritable prise du pouvoir, il aurait été au combien plus significatif d’occuper le siège du MEDEF. Ce ne fut pas le cas, preuve que le Front de Gauche s'attaque à des leurres et nous baigne dans l'illusion qu'une intervention providentielle de quelques gestionnaires généreux suffirait à améliorer les choses. Nous pensons au contraire que ce changement ne pourra venir que des gens eux-mêmes.

    Ensuite, parce que les conceptions du NPA, en ce qui concerne la démocratie, sont très proches des nôtres. Le NPA souhaite en effet supprimer la fonction présidentielle et développer des modes de participation plus directes à la décision.  Nous nous accordons totalement avec cette position. Le « président de la république » n’est qu’un symbole, un fétiche. Il est similaire à ces petites statuettes auxquelles les sociétés primitives conféraient des propriétés magiques. Il s’agit d’une figure « charismatique » sur laquelle on projette des caractéristiques exceptionnelles : compétence dans la compréhension globale de la société, et capacité de décision sage et rationnelle. Dans la réalité, de telles figures n’existent pas. Si un président se retrouvait à dialoguer seul face à un ensemble de personnes compétentes dans les domaines de l’économie, du social, des technologies, de l’environnement, de la culture, de la philosophie ou de la géopolitique, il se retrouverait très vite désarmé en matière d’argumentaire. Le président, c’est un appareil, un dispositif. Derrière le fétiche se dissimule tout un ensemble de cabinets d’experts en tout genre qui ont pour tache d’élaborer des discours et des plans d’action en fonction de systèmes d’intérêts prédéterminés, mais aussi un ensemble de lobbies, de systèmes d’intérêts symboliques et surtout financiers. Le « président de la république » n’est de surcroît qu’une marchandise fétiche. Le candidat à la présidentielle est d’abord une marchandise qu’il faut vendre ! Relookage, travail du style de discours, de l’attitude en public, mobilisation des réseaux médiatiques, boites de communication, sont mis à contribution pour permettre la séduction d’un électorat. Plutôt que de s’adresser à l’intelligence des gens, la campagne présidentielle ressemble plus à une série de campagnes publicitaires de différentes marques désirant obtenir des parts de marchés. Pour cela, on présente des types conformistes, des bourgeois en costards, avec de « prestigieux dipôles »,  des capacités à blablater pendant des heures dans un langage technocratique mêlé à de grands discours sur la France, la république, la liberté, l’égalité la solidarité, tandis qu’ils ne font que les trahir lorsqu’ils sont au pouvoir. Le NPA a le mérite de ne pas tomber dans ce piège. Philippe Poutou n’est pas un de ces politicards professionnels et carriéristes, il est même loin de ce modèle. Il ne souhaite pas gouverner. C’est nous tous, collectivement, qui devons gouverner. Le NPA ne présente un candidat que pour pouvoir porter ce discours à une large échelle, plutôt que de prôner un abstentionnisme muet et archi-instrumentalisé, comme le font les courants anarchisants.

    Nous soutenons également le NPA parce que son projet de société est Utopique. Non au sens qu’il serait irréalisable. Au contraire, il s’appuie sur des données scientifiques tout aussi, voire bien plus fiables, que celles des autres partis. En ce sens, son projet est Historique. Mais il est aussi Utopique au sens d’une capacité à se sortir du présent, de son immédiateté, de ses fausses évidences, d’une capacité de distanciation, d’abstraction, qui permet de stimuler l’imaginaire, de libérer la pensée critique et la créativité, et d’envisager l’éventualité d’autres possibles. En effet, une société sans perspectives de dépassement est une société où il n’y a plus ni volonté ni espérance. Le projet du NPA, au contraire, représente une perspective d’espoir et une possibilité pour la volonté d’entrer de nouveau en action.

    Enfin, nous soutenons la candidature du NPA pour l’humour et l’esprit de dérision dont Philippe Poutou et ses camarades ont fait preuve durant la campagne. Combien de fois avons-nous été morts de rire en regardant ses clips de campagnes, ses interview, ses interventions sur les plateaux TV, ou en écoutant ses meetings !!! Or le rire, on le sait, permet d’être en meilleure santé et augmente l’espérance de vie ! De plus, le rire, l’humour, la dérision,  n’empêchent absolument pas de tenir des propos sérieux. Il est absolument nécessaire de contrebalancer l’apparent esprit de sérieux et l’attitude austère des professionnels qui se foutent de nous, et doivent bien se marrer en coulisses quant ils entendent que des millions de personnes ont avalés leurs salades ! Il est tout aussi nécessaire d’apporter une autre tonalité que celle des enragés qui tiennent des propos haineux ! La tonalité d’un discours, c’est aussi la tonalité d’une politique et d’une société. Nous ne voulons pas d’une politique et d’une société austère ou haineuse. Nous voulons d’une société joyeuse, d’une politique de la joie !

    Pour dégager sarkozy et préparer une opposition de gauche à Hollande ! Pour une révolution sociale écologique et libertaire ! Pour une société joyeuse et une politique de la joie ! Pour un 3ème tour de lutte sociale ! Soutien au NPA et à Philippe Poutou !

    Législatives 2012

    La présence des gauches dans les parlements permettrait de faire pression sur le PS pour le pousser plus à gauche, notamment sur les questions sociales et écologiques. Ce serait l’occasion de défendre, par exemple, l’amélioration de la qualité des services de santé, de l’enseignement, le retour de la retraite à 60 ans à taux plein, la réduction du nombre de centrales nucléaires, l’amélioration des conditions sanitaires et de sécurité dans les centrales encore en activité, ou encore la validation du mariage homosexuel, et le droit de vote aux étrangers.

    Ce sera également l’occasion de lutter contre les politiques xénophobes et humanicides de la droite et de l’extrême droite, face auxquelles le PS se trouve désarmé et extrêmement concessif. En effet, les élections législatives donneront également l’occasion à l’extrême droite de se rapprocher du pouvoir. Les stratégies d’entée dans le parlementarisme des extrêmes droites européennes, ainsi que leurs convergences ponctuelles avec la droite pour appuyer la mise en place de politiques réactionnaires, nous donnent une indication du danger que ces partis représentent. La convergence UMP/FN, voire MoDem et certains membres du PS, sur les problématiques concernant l’immigration et la répression doit impérativement être contrebalancée par la présence de forces politiques de gauches. La présence d’une opposition parlementaire de gauche relève ainsi de la nécessité humaniste, et même humanitaire, afin de barrer la route à l’extrême droite. L’intérêt d’une présence des gauches sur le plan parlementaire est donc majoritairement défensif. Il s’agit de constituer une sorte de « bouclier social » afin de contrer les avancées de la droite et de l’extrême droite. Il est néanmoins évident que tout ne se joue pas au niveau des élections.

    Il ne faudra pas attendre de miracle de la part du gouvernement ou du parlement. Ce n’est pas parce que l’on réussira à bloquer l’avancée de l’extrême droitisation sur le plan législatif, ou même à faire passer quelques mesures de gauche que la situation pourra véritablement s’améliorer. Les lois et de décrets ne sont en effet que le reflet déformé de la structuration des idéologies et des phénomènes d’hégémonie présents dans la société. La démocratie, le parlement, l’Etat, ne constituent pas le lieu du pouvoir politique, mais plutôt son relais. Le véritable pouvoir politique se joue ailleurs, dans les rapports de force, les capacités d’imposer des décisions dans les conflits sociaux. Il se joue, par exemple, lorsque que la classe capitaliste contraint les travailleurs à se faire exploiter sous la menace de la délocalisation et du chômage, ou à l’inverse, lorsque les travailleurs décident de bloquer la production et par conséquent le taux de profit des entreprises. Il se joue encore lorsque dans un quartier ou une résidence, le propriétaire décide d’augmenter les loyers et laisse pourrir les lieux, et quand les locataires décident de faire la grève des loyers jusqu'à ce que les propriétaires décident de faire les travaux ou de ne pas augmenter les loyers.

    La démocratie, l’Etat et la loi ne sont donc pas des principes absolus, ce sont des outils de domination pour les oppresseurs ou de protection pour les révoltés. En cela, une présence de gauche pourrait permettre de préserver certains dispositifs juridiques de protection sociale. Mais il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas la présence de la gauche dans l’appareil d’Etat qui permettra de réelles avancées sociales. S’ils ne sont pas coordonnés avec un mouvement social combatif, les gouvernements et les parlements resteront impuissants s’ils doivent faire face aux capitalistes. Si nous souhaitons des avancées réelles, il faudra dans la foulée des élections lancer un 3ème tour de lutte sociale !

    Pour un 3ème tour de lutte sociale

    L’austérité qui vient ! 

    Malgré toutes les promesses d’amélioration de la situation sociale faites par Hollande, nous ne nous feront pas d’illusions sur sa capacité à faire face au monde de la finance. Tout comme Mitterand en 82, ou encore ses homologues internationaux Clinton et Blair, il ne fait nul doute que François Hollande et son gouvernement réviseront bien vite leur programme social, et se feront les accompagnateurs d’une politique de rigueur et d’austérité déjà entamée par le gouvernement Sarkozy. Pire encore, déjà durant sa campagne, François Hollande, après s’être déclaré adversaire du monde de la finance, s’était empressé d’aller rassurer les financiers de la City, et avait déclaré que « Les riches n’ont rien a craindre ! ». Il ne s’agit donc pas, à ce niveau, d’un recul pragmatique à contre cœur, mais d’une politique d’austérité clairement assumée.

    Le changement social ne se fera pas par les urnes !

    Nous avons expliqué dans les articles précédents que le changement social ne se jouerait pas dans les urnes, au niveau de l’Etat, du parlement, de la législation, et que par conséquent, nous n’attendions que peu de choses de cette élection, si ce n’est dégager Sarkozy et toute sa bande de capitalistes cyniques. En effet, le pouvoir réel ne se situe pas au niveau de l’Etat, mais au niveau des lobbies industriels et financiers. Les politiques identitaires, xénophobes et les logiques protectionnistes et liberticides sont des outils au service de la classe dominante afin de monter les gens les uns contre les autres, et de détourner leur attention des conflits fondamentaux qui opposent la qualité de la vie à la quantité d’argent sur le compte en banque.  C’est face à ce pouvoir, cette classe sociale dont l’Etat n’est que l’instrument, qu’il faut s’organiser.

    Construire une opposition de gauche au gouvernement Hollande ! 

    L’enjeu majeur de ces élections était d’en appeler à la construction d’une dynamique combative de lutte sociale. En effet, seule une dynamique de lutte sociale permettra de rétablir un rapport de force favorable au mouvement social contre les classes dominantes. Ce sera donc l’occasion de constater si le Front de Gauche et les Verts se cantonnent à une posture électoraliste, ou s’ils en appellent à déborder le cadre électoral pour contribuer à la lutte sociale. Ce sera aussi l’occasion de voir si les électeurs ne sont effectivement que des électeurs, s’ils continuent à attendre l’arrivée d’un sauveur providentiel, ou s’ils sont capables de prendre en main leur existence et de se mobiliser réellement au-delà du cadre électoral. Nous attendons ainsi les militants et surtout les électeurs du Front de Gauche et des Verts dans l’intégralité des luttes sociales à venir : luttes contre les plans de licenciements, la casse du droit du travail, pour la réduction du temps de travail et le partage du travail entre tous, contre le nucléaire, pour le développement des énergies renouvelables, pour la réquisitions des logements vides, contre les expulsions de sans-papiers, contre les centre de rétention, contre le racisme et les discriminations, contre la montée du sécuritarisme et de la répression, contre la destruction du système de santé et de protection sociale, contre la destruction de l’éducation, contre la dette et les plans d’austérité!

    « Retour sur les régionales de 2010Elections Européennes 2014 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :