• Le FN constitue-t-il une réponse crédible au terrorisme de Daesh ?

    En complément de la série d'articles : "Pourquoi le Front National ne viendra-t-il pas à bout des crises ?"

    1 Ce que propose le FN :

    Selon la déclaration de Marine Le Pen du 14 Novembre, si le FN était au pouvoir, il proposerait les mesures suivantes :

    • Clarification des alliances géo-stratégiques de la France (il y a 3 ans, Marine Le Pen soutenait Bachar El Assad).
    • Durcissement des contrôles et fermeture des frontières
    • Réarmement de la France : augmentation des moyens militaires, de police, de gendarmerie, de renseignement et de douane
    • Interdiction des organisations islamistes, fermeture des mosquées radicales, expulsion des étrangers et des clandestins,
    • Déchéance de nationalité pour les bi-nationaux

    2 N’est pas bien différent de ce que propose Hollande :

    Le 16 Novembre 2015, devant l’assemblée nationale, François Hollande à annoncé une série de mesures assez similaires, notamment concernant la politique de réarmement, et les déchéances de nationalité.

    (http://www.revolutionpermanente.fr/Derniere-minute-A-Versailles-Hollande-defend-le-tout-securitaire-reclame-par-Sarkozy-et-Le-Pen)

    Marine Le Pen n’ajoute que quelques points supplémentaires : interdiction des organisations islamistes, fermeture des mosquées radicales, expulsions des étrangers et clandestins, fermeture des frontières et clarification des alliances géostratégiques de la France.

    3 Critique des propositions du FN en matière de sécurité et de politique internationale

    3.1 Les mesures de sécurité intérieure

    D’une part, certaines de ces mesures constituent moins des réponses tactiquement intelligentes à la situation que de l’esbroufe démagogique pour faire avancer ses idées. Le danger serait alors que les politiques discriminatoires du FN, couplées à ses politiques économiques (nécessairement anti-)sociales, attisent encore davantage la haine, les vagues de radicalisation victimes de discriminations et d’exclusion sociale et économique, et engendre encore plus de terroristes.

    D’autre part, certaines de ces mesures pourraient très bien être appliquées par les gouvernements en place, sans besoin que le FN soit aux commandes. En effet, les gouvernements français successifs n’ont pas eu besoin du FN pour développer l’Etat sécuritaire. Le FN n’a joué qu’un rôle d’aiguillon et d’amplificateur dans le durcissement de la politique répressive de l’Etat. Le bilan n’est pas terrible au final. Est-ce la faute d’un manque de dureté ? Pas certain. Les forces de l’ordre sont largement compétentes dans l’anticipation des attentats (90% sont déjà déjoués en moyenne). Mais toute prévention à ses limites. Dans les périodes de crises, les gouvernements ordonnent des durcissements ponctuels pour augmenter les capacités policières et biser les réseaux connus, etc., tandis que durant les périodes sans incidents, les services de renseignement mènent des opérations de surveillance, d’infiltration et de remontées des filières. Si les forces de l’ordre démantelaient systématiquement les réseaux, ceux-ci trouveraient de nouvelles manières de se constituer et de s’en prémunir. Bref, face à cela, on ne voit pas bien ce que le FN pourrait apporter.

    Le problème restant est que les gouvernements capitalistes et leurs forces de l’ordre sont incapables d’agir à la source. Ils laissent exister les conditions structurelles de la pauvreté et de l’exclusion, sources du racisme, de la xénophobie, du sexisme, de la violence sociale, de l’embrigadement terroriste et de la barbarie. Et comme réponse, ils ne proposent qu’un soupçon de morale antiraciste républicaine bien pensante, en contradiction totale avec la réalité socio-économique qu’ils produisent. Sous couvert d’état d’urgence, les gouvernements mettent en place des restrictions de libertés qui sont bien plus défavorables aux mouvements sociaux progressistes qu’aux forces obscurantistes barbares. Or ce sont justement ces organisations qui portent les solutions réelles permettant de régler le problème en profondeur. Il faut donc lutter contre toutes les entraves à la libre expression du mouvement social, contre les censures, les arrestations préventives, et contre les interdictions de manifestation.

    Quant aux organisations qui proposent des renforcements des frontières. Or ces renforcements n’empêchent généralement pas les terroristes de passer les frontières, lorsqu’il ne s’agit pas de ressortissants nationaux. Les premières victimes des fermetures de frontières, ce sont celles et ceux qui fuient les guerres crées par l’impérialisme occidental, elles condamnent immanquablement ces populations à un sort tragique. Il s’agit là d’une manière cynique fermer les yeux et de laisser la mort au pied de leur porte. Au contraire, il est nécessaire de défendre la liberté de circulation et d’installation, l’accueil des réfugiés, seule solution pour ces personnes pour échapper à une mort certaine.

    3.2 La question géo-stratégique

    Concernant la question des alliances géostratégiques, Marine Le Pen soutient depuis un bon moment la nécessité de se rapprocher de Poutine et El-Assad.

    Aujourd’hui, Hollande le concède dans le cadre d’une union internationale des forces impérialistes, avec les Etats-Unis, la Russie, la Turquie et l’Iran contre Daech.

    Il faut pourtant rappeler que régime d’El-Assad s’est largement servi de Daech pour affaiblir les rangs de ses opposants progressistes. De même, le régime Turc, par exemple, mène une politique de répression à l’encontre d’organisations de gauche aux prises avec Daech : le PKK (que la communauté internationale continue de classifier d’organisation terroriste) et les forces de résistance au Rojava (qui développent par ailleurs une société socialiste, fédéraliste, autogestionnaire, écologiste et féministe) (http://www.humanite.fr/laviation-turque-bombarde-intensivement-des-positions-kurde-et-des-zones-dhabitation-civile-au-0).

    La France et les autres pays (capitalistes) d’Europe n’expriment aucun soutien envers ces organisations, et ferment les yeux sur les exactions des régimes avec lesquels ils veulent faire la guerre à Daech.

    Or les YPG, les YPJ, le PKK, l’ASL et DAF sont les premières forces à infliger des défaites militaires à Daesh. Mais l’Europe interdit de leur apporter un soutien, arrête et condamne celles et ceux qui le font (https://luttennord.wordpress.com/2015/11/17/campagne-afa-pour-detruire-daech-soutien-total-aux-revolutionnaires-kurdes/).

    Lutter à ce niveau est donc essentiel. Il est indispensable de dénoncer les alliances géo-stratégiques de la France avec des régimes anti-progressistes, autoritaires et barbares comme ceux de la Russie, de la Turquie et de la Syrie, qui se servent de la guerre contre Daech comme prétexte pour réduire à néant les forces de l’émancipation sociale en toute impunité. Il faut organiser un soutien réel et conséquent envers les forces progressistes qui se battent au jour le jour contre Daech. Au niveau géostratégique, il s’agit là des seules solutions possibles.

    3.3 En résumé :

    Le Front National ne peut faire davantage en matière de sécurité civile que ce que sont en mesure de faire le PS et les Républicains (UMP). Ses amalgames grossiers entre islam, migration et terrorisme et sa politique agressive envers la communauté musulmane et les migrants risqueraient même de provoquer des vagues de radicalisation et de passage à l’acte supplémentaires, et ainsi de rendre la situation encore plus dangereuse qu’elle ne l’est actuellement. Enfin, le FN ne propose même pas de solutions sociales crédibles pour venir à bout de la misère et de l’exclusion sociale, qui sont les sources ultimes des problèmes qu’il prétend combattre. Or ne pas attaquer le mal à la racine, c’est s’assurer qu’il repoussera prochainement. Par contre, le FN est relativement favorable aux suspensions des libertés (excepté la sienne), et ne s’est à aucun moment exprimé sur les atteintes potentielles à celles du mouvement social. Or c’est le mouvement social qui porte les combats de l’émancipation, visant à supprimer la misère et l’exclusion sociale. En matière de politique internationale, il soutient des régimes autoritaires et liberticides dont les alliés géo-stratégiques mènent une politique de destruction des mouvements d’émancipation aux prises avec Daech et capable de lui infliger des défaites militaires. Comme nous pouvons le constater, le FN ne propose pas de véritables solutions, et risque de causer encore plus de problèmes que ne le font les gouvernements actuels.

    3.4 : que faire ?

    Nous avons déjà esquissé plusieurs possibilités :

    • Continuer de lutter contre la misère et l’exclusion, et donc contre le capitalisme.
    • Défendre la liberté des mouvements sociaux (liberté d’association, d’expression, de manifestation).
    • Soutenir les mouvements d’émancipation aux prises avec Daech.
    • Continuer d’accueillir les réfugiés, victimes de la guerre, et les autres migrants, victime de la misère, toutes deux conséquences de l’impérialisme capitaliste.

    « Pourquoi le Front National ne viendra-t-il pas à bout des crises ? (V La démolition du mouvement social)Pourquoi le Front National ne viendra-t-il pas à bout des crises ? »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :