• Lire : Bihr, « La Préhistoire du capital » (AL)

    Premier volume d’une tétralogie consacrée au “ devenir-monde ” du capitalisme, l’ouvrage d’Alain Bihr fait la généalogie d’un système entré, depuis trente ans, dans une nouvelle phase de son développement, la “ transnationalisation ”. Contre une vision strictement “ économiste ” de l’histoire, il insiste sur la capacité des mouvements sociaux à peser sur le cours des événements.

    Alain Bihr ambitionne de produire une théorie et une histoire du capitalisme qui mettent en cause le discours dominant sur la mondialisation. En effet, produire une théorie du capitalisme comme “ devenir-monde ”, c’est, pour l’auteur, s’opposer à la théorie selon laquelle la mondialisation du capitalisme serait un phénomène récent, guère antérieur aux années 1970. Or, le capitalisme n’a pas le monde comme point d’arrivée, mais comme condition de départ. La notion de monde a deux sens, à savoir d’une part, l’espace planétaire, et d’autre part, le fait que le capitalisme soit une unité globale originale. La notion de “ devenir ” indique qu’il s’agit de saisir la totalité du processus qui a permis au capitalisme de s’universaliser et non pas de se concentrer sur la dernière étape. Il s’agit d’un devenir-monde, non pas du capital, mais du capitalisme, c’est à dire de l’ensemble des déterminations de ce mode de production, qu’elles soient économiques, politiques ou culturelles.

    Rôle de l’État

    Alain Bihr est un sociologue “ marxien ”, c’est-à-dire qu’il se réfère à Marx en dehors de la vulgate marxiste, dont il critique les excès économistes. Deux traits essentiels ressortent de l’introduction théorique de son ouvrage. D’une part, il insiste non sur la détermination de l’histoire par les forces productives (moyens de production et force de travail), mais sur le rôle moteur de la lutte des classes (les conflits sociaux). La conséquence en est l’insistance, dans sa théorisation matérialiste de l’histoire, sur les rapports sociaux de production – l’esclavage dans la société antique, le servage dans le féodalisme et le salariat dans le capitalisme. C’est un rapport donné de production qui conditionne la possibilité d’apparition du capitalisme. D’autre part, il accorde une place réelle aux institutions et aux conditions subjectives, réévaluant en particulier le rôle de l’État dans la formation du capitalisme en s’appuyant sur un manuscrit de Marx, les Grundrisse.

    Homogénéisation, fragmentation, hiérarchisation

    La théorie du capitalisme comme devenir-monde s’oppose à la thèse libérale qui fait du capitalisme une simple extension de l’échange marchand… et donc du capitalisme un développement naturel. Alain Bihr distingue trois périodes dans le processus de reproduction du capital : la période “ anténationale ” (1450-1800), la période “ internationale ” (1800-1975), la période “ transnationale ” qui commence en 1975 et qui correspond à ce qu’on appellerait, à tort, la “ mondialisation ”. Cette périodisation est déterminée par le rapport à l’État du procès de reproduction du capital.

    Alain Bihr distingue en outre trois moments de structuration du monde capitaliste. Le moment d’“ homogénéisation ” serait la tendance du monde capitaliste à l’unification et à l’uniformisation. Mais parallèlement à cela, le capitalisme maintient une pluralité d’États et de formations sociales : il s’agirait du moment de “ fragmentation ”. Le dernier élément de structuration est le moment de “ hiérarchisation ”, qui correspond aux inégalités de développement entre les différents espaces du monde capitaliste. Ce dernier moment peut être comparé aux rapports de “ centre-périphéries ” utilisés par les auteurs marxistes inspirés par Fernand Braudel, comme Immanuel Wallerstein [1]. Ces trois moments sont à l’œuvre, de façon simultanée, durant tout le procès de reproduction du capital.

    L’intérêt de La Préhistoire du capital, se situe dans sa démarche générale non dogmatique, qui étudie les faits historiques sans essayer de les faire adhérer de force au schéma marxiste. Les libertaires seront particulièrement sensibles à l’observation du rôle de l’État dans la reproduction du capitalisme. L’importance accordée, en outre, à la lutte des classes, et non aux forces productives, a pour conséquence, contre une vision économiste déterministe qui fait de la transformation sociale une simple conséquence de l’accroissement des forces productives, de donner un rôle central aux mouvements sociaux dans l’évolution historique.

    [1] Les pages 62 à 73 de l’ouvrage sont consacrées à une discussion comparée entre la conception d’Alain Bihr et celle des “ marxistes braudeliens ”.

    Irène (AL Montrouge)

    • Alain Bihr, La Préhistoire du capital, éditions Page Deux, octobre 2006, 450 pages, 38 euros.

    Source : http://alternativelibertaire.org/?Lire-Bihr-La-Prehistoire-du

    « Interview d’Alain Bihr : La préhistoire du Capital (AL)Comment poser la question de la «Préhistoire du Capital» - Alain Bihr »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :