• Depuis plus d’une décennie, on nous dit que le service public est en crise, que les caisses de l’Etat sont vides, que l’aide sociale et la solidarité constituent un poids pour la société. Ce discours, déjà présent durant la période de récession débutant vers le milieu des années 70, et s’affirmant en France lors du tournant de la rigueur de 82/83, s’est amplifié à l’annonce de la « grande crise économique » des dernières années.

    Concernant les retraites, on nous dit également que l’espérance de vie a augmentée, ainsi que la part de retraités dans la société, et qu’il faut par conséquent travailler plus longtemps, qu’il s’agit d’une attitude responsable, et d’une certaine forme de solidarité.

    Nous entendons démontrer, encore une fois que tous ces arguments sont faux et que cette réforme, tout comme le reste des réformes d’austérité budgétaire n’est en vérité pas affaire de nécessité structurelle mais de choix politiques.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’exemple de l’affaire Cahuzac permet-il une critique pertinente de la classe politicienne ?

    Tandis que tant les partis de la gauche de la gauche que ceux de la droite de la droite [1] se déchainent sur le cas des fraudes fiscales commises par Jérôme Cahuzac, il semble nécessaire d’apporter une autre analyse de la situation. En effet, les cas de politiciens véreux ou malhonnêtes sont innombrables [2], et sont à chaque fois l’occasion de scandales médiatiques et de vagues d’indignation à la suite desquelles rien ne change. Le problème est que cette indignation, qui se résume souvent à un élan passionnel, empêche généralement une autre lecture de la situation. Pour comprendre pourquoi tant d’affaires de corruption éclatent dans le monde politique, il est nécessaire de mener la critique non pas sur un plan moral, mais au niveau d’une analyse systémique. Les questions à se poser sont donc les suivantes : de quels milieux sociaux viennent les politiciens ? De quels milieux sociaux font-ils partie ? Quelle est la logique qui structure ces milieux sociaux, ce système ? Comment la corruption s’y développe-telle, et quelle place, ou signification, prend-t-elle dans ces milieux sociaux ? Enfin, il faudra se demander si ce sont seulement les « dérives du systèmes » qui constituent le véritable problème, ou si celui-ci ne réside pas dans  sa structure même.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Vous avez certainement entendu parler du récent remaniement gouvernemental. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Manuel Valls maîtrise bien l’art de tout changer pour ne rien changer. En effet, il ne s’agit pas d’un changement de cap politique, mais de la continuité d’une politique d’austérité, de casse sociale, qui, sous couvert d’une illusoire course à la croissance du PIB qui met en péril notre existence sur la planète et celle des générations à venir, ne fait que servir les intérêts des capitalistes.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Si nous nous accordons sur le fait que les plateformes revendicatives proposées par des partis comme le NPA, LO, le MOC, pour les prochaines échéances électorales, portent sur des points essentiels [1]; nous estimons en revanche que faire campagne uniquement sur des points thématiques – emploi, santé, logement, transports, écologie, féminisme, régularisation des sans papiers, lutte contre le racisme et l’homophobie – demeure une démarche nécessaire, mais largement insuffisante.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Nous insistons régulièrement sur l’impasse Etatique et sur la nécessité pour les forces progressistes de s’organiser et de lutter hors du champ des institutions politiques et contre celles-ci afin de transformer la société. Cependant, pour ceux et celles qui, convaincus de cette démarche, souhaitent s’y inscrire, les choses peuvent devenir compliquées lorsqu’il s’agit de passer à la pratique. Nous donnerons ainsi quelques clés permettant d’avancer en ce sens. Il ne s’agit bien entendu pas d’une recette miracle qu’il faudrait appliquer à la lettre, mais de principes de départ qui, parmi d’autres, permettent de commencer à construire des formes d’auto-organisation et de lutte, de principes qui peuvent être réévalués suivant la situation, les gens qui s’organisent, le pouvoir en place. 

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique