• Variables des positionnements politiques

    La grille d'analyse ci-dessous mets en avant un certain nombre de variables permettant de mieux comprendre et se repérer dans le découpage des positionnements politiques, parfois difficiles à saisir au premier abord. Chaque entité politique peut ainsi être comprise dans ses grandes lignes comme une combinaison des variables "Economie", "Pouvoir", "Culture", "Nature, science et technique".

    ECONOMIE

    • répartition des richesses : répartition équitable (égalitaire) / répartition inégale (concentration du capital)

    Basiquement, il est ici question de la différence entre la "Gauche" et la "Droite", d'une politique en faveur des plus pauvres ou des plus riches. 

    POUVOIR

    • Rapport à l'autorité : Autorité, (souveraineté, domination, contrôle) / Liberté

    Au sein de la gauche et de la droite, il est question de la distinction entre autorité (emprise du pouvoir sur la personne et logique de répression) et liberté (pouvoir incitateur, tolérant, voire permissif)

    • Répartition du pouvoir : concentré / partagé - centralisation / décentralisation - Etatisme/fédéralisme

    Concentré/partagé peut se rapporter à la fois à la séparation des pouvoirs ou non (par exemple, le législatif, l'exécutif et le judiciaire). La répartition du pouvoir peut se décliner sur des questions d'échelles sur lesquelles s'applique le pouvoir (plus de pouvoir à l'Etat, aux régions, départements ou communes).

    • Acteurs des prises de décision : Etat souverain / concertation avec la société civile / démocratie directe

    Dans le modèle de l'Etat souverain, l'Etat seul dirige et prend les décisions. Dans le modèle de la concertation, l'Etat dialogue avec une série d'organisations issues de la société civile avant de prendre les décisions, et recherche des compromis pour pouvant satisfaire les différentes parties. Ces organisations peuvent être des syndicats ou des associations. Dans le modèle de la démocratie directe, ce sont les gens eux-mêmes (qu'ils fassent partie ou non d'une organisation) qui décident, sans passer par la médiation de l'Etat. On peut distinguer démocratie directe par la majorité et démocratie directe concertée, ou la décision se prend au consensus.

    • Intervention Etatique : Intervention sociale / Fonction régaliennes / aucune intervention

    L'intervention sociale s'apparente au mode de gestion de la gauche d'Etat au sens large, ainsi que des politiques de droite d'inspiration Keynésienne. La limitation de l'intervention étatique aux fonctions régaliennes (ordre, sécurité, répression), est le fait des politiques libérales, voire néolibérales, bien que les tendances actuelles du néolibéralisme, notamment libertarien, aillent dans le sens de la privatisation des fonctions de police. Les Anarchistes Libertaires sont en général favorables à la disparition de l'Etat, particulièrement en ce qui concerne ses fonctions  régaliennes.

    CULTURE

    • Rapport à la culture : conservatisme / libéralisme - uniformité / diversité

    Volonté d'avoir une société figée ou évolutive, ouverte au changement sur le plan des mœurs, et une société homogène, ou tous les hommes doivent adopter le même comportement, ou diversifiée, ou chacun peut décider de ses mœurs (gouts esthétiques, pratiques sexuelles, appartenances religieuse).

    NATURE, SCIENCE ET TECHNIQUE

    • Rapport à la production: productivisme / modération (Soutenabilité, Durabilité) / minimalisme

    La question de la croissance matérielle. La différence se situent entre ceux qui envisage un développement illimité de la production (la droite et le parti communiste), ceux qui prennent en compte les limites naturelles de la planète (les écologistes modérés), et enfin, ceux qui estiment qu'il est nécessaire de produire le moins possible (les décroissants radicaux).

    • Rapport au développement scientifique et technique: innovation / blocage

    Bien que peu nombreux, certains mouvements sont défavorables à l'innovation. Pour l'essentiel des groupements politiques, les questions se situent plus au niveau du type d'innovation à favoriser.

    • Rapport à la nature : préservation / négation

    Il s'agit notamment de la reconnaissance des limites naturelles de la planète et des dégâts causés à la biodiversité par les modes de production industriels irraisonnés.

    • Rapport à la science : analyse fondée sur des données scientifiques / analyse
      abstraction faite des données scientifiques

    Certains mouvements sont en effets hostiles à la science (le créationnisme par exemple). Dans la majorité des cas, il s'agit plutôt de controverses, de batailles pour la légitimité, la reconnaissance d'une vérité, entre les sciences dites légitimes et les contre-sciences (les experts gouvernementaux contre le comité scientifique d'ATTAC par exemple). Les organisations politiques se positionnant alors en faveur de la science du pouvoir ou de la contre science.

    • Rapport à la découverte scientifique : science providentielle / découverte événementielle et aléatoire

    Cette distinction concerne les organisations qui estiment que les solutions scientifiques aux problèmes environnementaux viendront d’eux-mêmes, que la science les trouvera nécessairement, et ceux qui considère que la science ne les trouvera pas, ou pas nécessairement à temps, et qu’il est nécessaire de se positionner en fonction de ce que l’on sait immédiatement.

    « Production, productivité, productivisme, productionnismeOpinion, Pensée, Pensée Critique »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :