• Dans son dernier livre, Imperium, Frédéric Lordon se donne pour ambition de « dégriser les libertaires », de leur montrer la voie du « réalisme » et de « l’âge adulte ». Une réponse en défense de l’internationalisme et de l’anticapitalisme radical.

    Frédéric Lordon prétend renouveler la pensée de gauche, en devenant l’intellectuel quasi officiel de Nuit debout. De ce point de vue il amorce de son dernier ouvrage, Imperium, d’une bien étrange façon : en affirmant que le principe de la verticalité est nécessaire dans toute société organisée. Il se réfère essentiellement à la sociologie holiste de Durkheim, selon laquelle, dans une société organisée, le tout est plus que la somme de ses parties, et cette forme de transcendance impliquerait, nécessairement, une verticalité au sein de la société. Les normes morales ou légales découlant de cette supériorité du tout sur ses parties, seraient inévitables, nécessaires. Il nie ainsi le fait qu’elles sont le fruit d’une construction autoritaire. L’idée spinoziste d’un « affect commun » rassemblant les individus en société vient compléter l’analyse.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  
    Une analyse critique de l’altercapitalisme keynésien, du nationalisme-étatisme et du spinozisme de Lordon – avec Benoît d’Alternative Libertaire (théoricien critique, professeur de philosophie)
     
    Une émission d’analyse critique des théories de Lordon, avec, après une courte présentation de l’émission, une première partie de critique de l’altercapitalisme keynésien (qu’il incarne avec d’autres économistes atterrés - ou atterrants) et leurs analyses tronquées du capitalisme depuis 40 ans (1ème partie – 1h40), une deuxième partie de critique de son national-étatisme au travers d’une critique rigoureuse d’Imperium (50 minutes), et une troisième partie de critique de Capitalisme, désir et servitude et sa lecture de Spinoza (25 minutes) – avec Benoît (théoricien critique, militant d’Alternative Libertaire, professeur de philosophie)
     
    PS : Il ne s'agit pas d'une critique ad hominem, mais plutôt des idées qu'entres autres Lordon véhicule.
     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •    Le site Esprit 68 publie une compilation de textes réalisée pour une impression en mode livre.  

    Voir ici

    SOMMAIRE

    A propos de cette compilation.............................................................................. 5

    Qu’est-ce que la « valeur » ? Qu’en est-il de la « crise » ? ................................. 9

    Remarques sur les notions de « valeur » et de « dissociation-valeur » ............ 23

    Qui est Big Brother ? George Orwell et la critique de la modernité ................... 37

    Quelques bonnes raisons pour se libérer du travail........................................... 43

    Antisémitisme et national-socialisme ................................................................. 57

    La Princesse de Clèves, aujourd'hui.................................................................. 75

    « Crédit à Mort »................................................................................................. 91

    Sur l’immense décharge du capital fictif........................................................... 111

     

    A propos de cette compilation

       Avec cette compilation de textes, nous proposons de donner un aperçu de différents aspects remarquables de la « critique de la valeur ». La « critique de la valeur » ou « Wertkritik » en allemand, est une proposition théorique qui a pour ambition de renouveler la critique radicale de l’économie politique à partir d’une relecture de Karl Marx. Elle s’est développée à compter de la fin des années 1980, en Allemagne, en Autriche et en France, au sein des groupes et des revues Krisis et Exit, sous l’impulsion d’auteurs comme Robert Kurz, Roswitha Scholz, Norbert Trenkle ou Anselm Jappe. Elle est également représentée aux Etats-Unis, notamment par Moishe Postone.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 80 ans après, une émission d'histoire de la révolution espagnole (1936-1939), de l'anarchisme, de l'anarcho-syndicalisme et du communisme libertaire en Espagne, de l'Espagne du 19ème siècle aux années 1930, des communes aragonaises, de la guerre civile, de la militarisation, de ladite "violence révolutionnaire" et de la contre-révolution républicano-stalinienne - avec Les Giménologues

    L'émission est divisée en 4 parties :

    -  Histoire du communisme libertaire, de l'anarchisme et de l'anarcho-syndicalisme en Espagne jusqu'en 1936, avec en fond une histoire de l'Espagne du 19ème siècle au Front Populaire de 1936 (59 minutes)

    écouter l'émission

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'Anarrchisme_Guerin.pdf >> lire L'anarchisme dans la révolution espagnole_p41-51

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire